VOCATION: NOUS DEVONS FORMER UN NOYAU VIVIFIANT QUI SERA UNE SOURCE DE VIE POUR LES AUTRES

En continuant à réfléchir sur la lettre d’invitation d’Eugène à Hilaire Aubert, nous rencontrons le concept central de la pensée d’Eugène et de son action : celui de former un groupe qui serait une cellule vivifiante dans le monde. Il utilise le terme de « noyau », qui fait allusion à un groupe qui est source de vie pour les autres, comme un noyau dans un groupe de cellules, ou le germe d’un fruit, ou le cœur de quelque chose qui a la vie. Quand il a fondé sa congrégation de jeunes à Aix, c’était pour qu’ils soient levain dans la société d’Aix. Les Missionnaires étaient, eux aussi, destinés à être levain dans la société, constituant un groupe restreint de personnes qui serait une source de vie pour les autres.

Pour être une force vivifiante en France, les Missionnaires devaient avoir une qualité de vie qui serait vivifiante pour les autres. Ils avaient besoin de chercher à devenir saints en vivant le commandement de l’amour, selon une Règle et avec un mode de vie transparent, comme les apôtres. Pour être une force vivifiante dans le monde d’aujourd’hui, nous, membres de la famille Mazenodienne, laïcs et religieux, sommes appelés à une qualité de vie particulière, de manière à être un noyau dans la société.

Ah! si nous pouvions former un noyau, bientôt il s’y rattacherait ce qu’il y a de plus zélé dans le diocèse.
Pensez un peu à cela devant le bon Dieu. Vous savez qu’il faut, pour faire le bien dans nos contrées, des gens du pays qui sachent la langue.
Oh! n’en doutez pas, nous deviendrons des saints dans notre Congrégation, libres mais unis par les liens de la plus tendre charité, par la soumission exacte à la Règle que nous adopterions, etc. etc. Nous vivrions pauvrement, apostoliquement, etc.

Lettre à Hilaire Aubert, 1815, E.O. VI n 3

 (Note : Hilaire Aubert n’a jamais rejoint les Missionnaires de Provence).

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à VOCATION: NOUS DEVONS FORMER UN NOYAU VIVIFIANT QUI SERA UNE SOURCE DE VIE POUR LES AUTRES

  1. Denyse Mostert dit :

    Ayant compris où se trouvait la clé de la destinée humaine et goûté à une paix qu’auparavant il cherchait en vain, Eugène de Mazenod est maintenant habité du désir d’annoncer Jésus Christ et sa Bonne Nouvelle. Mystère de l’amour de Dieu! C’est vers les plus pauvres que ce fils de la noblesse va se tourner ! La France tout entière vit les retombées malheureuses de la Révolution. Les plus vulnérables ne sont-ce pas ces personnes sans ressources à qui nul ne se soucie de présenter un Dieu compréhensible ?

    Un vrai combat attend ceux qui répondront à l’invitation d’Eugène. Loin de vivre douillettement refermés sur eux-mêmes et sur leurs dévotions, il s’en iront au contraire partout où les besoins sont les plus criants, là où l’annonce du salut de Jésus Christ pourra apporter le réconfort à des gens meurtris par la vie et restés jusque là livrés à eux-mêmes.

    À ceux qu’il invite dans son petit groupe, Eugène trace un portrait à saveur évangélique par ailleurs possible à vivre. Là ils seront « libres mais unis par les liens de la plus tendre charité, par la soumission exacte à la Règle que nous adopterions, etc. etc. Nous vivrions pauvrement, apostoliquement, etc. »

    Un tel programme implique une grande foi, une confiance totale en Dieu, un dépassement de tous les instants et la persévérance de toute une vie.

    Cette invitation s’adresse aussi à nous, qui vivons en 2011. Parce qu’aujourd’hui encore, Dieu veut avoir besoin de nous pour faire connaître et aimer le bonheur qu’il est seul à pouvoir offrir. Les pauvres que nous côtoyons sont victimes d’une autre révolution que celle qui a secoué la France. Celle d’une mentalité de chacun-pour-soi, de plaisir-à-tout-prix, de pouvoir-absolu avec toutes les situations malheureuses qui s’en suivent.

    Allons-nous ajouter à tant de désordres, la vue des chrétiens que nous prétendons être en paroles mais dont la vie annonce parfois si mal Jésus Christ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *