LA CROIX DE L’OBLAT INCONNU

…Il faut qu’elles passent à de nouveaux Oblats qui tireront bon parti de cet héritage. Je veux mettre beaucoup de justice dans cette distribution.

Lettre à Hippolyte Courtès, 8 mars 1830, EO VII n 343

Le biographe d’Eugène, Rey, raconte que le Fondateur ordonna que le nom de l’Oblat défunt soit gravé sur la partie supérieure de la plaque de cuivre qui couvre les bras de la croix (REY, I, 482).

Le jour de mon ordination, j’eus le privilège de recevoir la Croix Oblate de Fr. Maurice Foley, qui fut le second Sud-Africain à devenir Oblat. Il reçut la croix en 1903 et la porta seulement pendant douze ans, jusqu’à sa mort en 1915 à l’âge de 33 ans.  Entre sa mort et le jour où je reçus ce crucifix, le 17 février 1974, 59 années s’étaient écoulées, et un, peut-être deux Oblats portèrent cette croix comme compagnon de ministère. Leurs noms ne furent pas gravés sur la croix et je n’ai pas pu retrouver leurs traces.

Par conséquent, j’aime penser que je porte la croix de “l’Oblat inconnu” – dans l’esprit des monuments à la mémoire du “Soldat Inconnu”. Quel rappel des milliers d’Oblats et d’associés laïcs qui ont évangélisé dans de si nombreux pays et ont amené tant de gens à découvrir l’amour du Sauveur, et dont les noms sont oubliés ! Quel privilège d’avoir été appelé à suivre leurs traces !

La croix oblate, reçue au jour de la profession perpétuelle, nous rappellera sans cesse l’amour du Sauveur, qui désire attirer à lui tous les hommes et nous envoie comme ses coopérateurs.

CC&RR, Constitution 63

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à LA CROIX DE L’OBLAT INCONNU

  1. Denyse Mostert dit :

    « Le jour de mon ordination, j’eus le privilège de recevoir la Croix Oblate de Fr. Maurice Foley » se rappelle Frank Santucci. Tant il est vrai que « les objets ont une âme », on peut être sûr qu’il se sera pénétré de la courte vie du défunt et qu’il demeurera uni à celui qui a porté sur lui le même symbole de l’amour du Christ.

    Ceci me ramène une vingtaine d’années en arrière alors que les premiers laïcs associés de Trois-Rivières prononçaient leur engagement. Après deux ans de formation, nous savions ce que signifiait la petite croix qu’on allait nous remettre. Elle nous parlait de Jésus Sauveur et de cette attention envers les plus démunis » vers lesquels nous étions envoyés. Elle nous parlait aussi de l’intelligence du cœur qui sait voir la détresse parfois cachée sous des dehors trompeurs.

    Elle fut à l’origine du premier geste de solidarité entre nous alors qu’une nouvelle Associée, fortement émue laissa échapper la petite croix à épinglette qu’elle tentait d’accrocher sur elle. On vit alors les têtes se pencher à la recherche du précieux objet tombé sur le sol. Et les sourires heureux lorsqu’elle fut enfin remise à notre compagne reconnaissante ! Petite anecdote que je tenais à vous confier car elle fait partie de ces souvenirs qui ne nous quittent jamais. La croix perdue et retrouvée ne nous disait-elle pas en effet que les gestes d’amour font partie du quotidien et que les plus petits eux-mêmes ont couleur de bonheur ?

    La croix oblate me rappelle les années d’adhésion à un charisme oblat toujours actuel. « Des pauvres il y en a toujours » qui demandent un peu d’attention. Ils sont autour de nous et ils peuvent être nous. Ce signe communautaire me conduit aussi vers Eugène et la fondation des Missionnaires de Provence, vers leur joie de devenir ensuite Oblats de Marie Immaculée, les difficultés vaincues et une extension missionnaire que l’on dira « ad gentes ».

    La croix oblate me parle de persévérance. Celle qui fait partie des « vertus héroïques » de saint Eugène. Celle qui nous aide tous à surpasser les événements difficiles qui parfois s’offrent à nous.

  2. Claude Berthaud dit :

    La Croix Oblate d’une Oblate anonyme : Émilie !
    AVIS DE RECHERCHE à tous et à toutes les personnes qui pourraient me fournir toute indication sur une Oblate de Marie Immaculée, Émilie Vienneau, originaire du Nouveau-Brunswick au Canada, et qui a été religieuse ou sœur Oblate en plusieurs endroit et certainement à Rome.
    Voici ses dernières années de vie à Sainte-Julienne, Québec :
    Notre petite communauté paroissiale a reçu Émilie au presbytère dans notre village pour nous demander assistance. Elle était de passage et cherchait où de loger; elle avait besoin d’aide. Elle nous a mentionné avoir été religieuse. Elle resta environ 2 ans dans une maisonnette attenante à Presbytère. Elle avait le cancer, mais elle tenait à nous aider par toutes sortes de travaux, en prenant soin de personnes et de prêtres invités. Elle ne racontait que peu de choses de son passé. La dernière année de sa vie, elle voulut absolument retourner, seule, à Rome et au Vatican pour régler quelques dernières affaires et elle nous revint pour décéder tranquillement du cancer, ne voulant prendre aucun médicament et elle mit ses dernières affaires en ordre. Sa mort approchant, elle nous parla plus longuement de quelques phases de son passé auprès d’ecclésiastiques au Vatican et elle nous confia une boite de documents et de cahiers provenant d’une mystique italienne qui avait tenu un compte-rendu de toutes ses visions — Cahiers attestés et reconnus par un archevêque italienne dont j’ai pu retracer la véracité –. À sa mort, elle laissa à mon épouse Francine, ses effets personnels à disposer et à distribuer au besoin. Dans le sac se trouvait une croix: oblate!… Elle était cette Oblate inconnue qui avait un beau prénom, Émilie, et qui fut pour nous au village, un modèle de sainteté Oblate, vivant ses souffrances en prières et en offrande au Seigneur. Elle nous laissa ses écrits religieux et je vous soumets cette litanie écrite par Émilie que j’utilise dans mes catéchèses aux confirmants et que nous utilisons en Église:
    Pourquoi Dieu s’est-il incarné?
    POUR VIVRE EN NOUS ET NOUS EN LUI.
    Pourquoi Jésus est-il mort?
    POUR VIVRE EN NOUS ET NOUS EN LUI.
    Pourquoi Dieu nous a-t-il créés?
    POUR VIVRE EN NOUS ET NOUS EN LUI.
    Pourquoi Dieu nous a-t-il donné ses commandements?
    POUR VIVRE EN NOUS ET NOUS EN LUI.
    Pourquoi ses sacrements?
    POUR VIVRE EN NOUS ET NOUS EN LUI.

    Qu’est-ce que le Ciel?
    VIVRE EN DIEU ET LUI EN NOUS, ÉTERNELLEMENT !

    Derniers écrits d’Émilie; sa détermination à propos du Baptême :
    « Malgré mon état de santé, je n’ai pu tenir en place. Il fallait que j’aille à Rome à l’occasion du synode sur l’Eucharistie sur lequel je misais tant pour accentuer dans les fidèles la foi en la Présence réelle…. J’ai distribué à l’occasion du synode la petite lettre suivante:
    « Excellence,
    Je crois que, pour sauvegarder la foi de l’Église en la Présence réelle, il faut enseigner aux fidèles le POURQUOI de cette Présence. Jésus habite l’Eucharistie pour être le Pain de Vie. Pain divin de notre Vie DIVINE reçue au baptême.
    Cette VIE est la grande inconnue, rappelée comme fondement du christianisme au no. 2 des principaux décrets de Vatican II. Elle est le but de la Création, de l’Incarnation et de la Rédemption.
    Je crois qu’une grande réflexion sur le baptême (et notre Vie divine) est nécessaire pour faire accepter la grandeur de l’Eucharistie.
    Émilie Vienneau.

    … Je suis devenu Associé Oblat après le décès d’Émile et sans savoir que nous avions avec nous une Oblate anonyme (!) qui me laissait une tâche :
    Traduire de l’italien au français quelques centaines de pages manuscrites par une mystique des années 1930. sans aucun nom de cette mystique !…
    Pouvez-vous me donner quelques indices sur Émilie et ses séjours en Italie si vous en avez, ce serait un bon début de piste de recherche.

    J’ai fait aussi cette demande au Supérieur général à Rome qui ne peut pas vraiment m’aider mais qui m’autorise à voir auprès de communautés religieuses Oblates et dans nos membres. Je commence donc par vous dans ce Blog et je partage avec plaisir les
    écrits de Frank et les remarques de Denyse.

    Pour finir …
    Comme le monde est petit et comment grands sont les rapprochements et les situations que, Seul, Le Seigneur pourrait avoir voulus !

    Claude Berthaud, groupe des Associés Oblats de Montréal

  3. Ping : LES CROIX DES OBLATS ENTRES AU CIEL PAR LA PETITE PORTE QUI S’OUVRE SANS FRACAS | Eugène de Mazenod nous parle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *