CÉLÉBRER LA MERVEILLEUSE NUIT OÙ NOTRE SAUVEUR BIEN-AIMÉ EST NÉ DANS UNE ÉTABLE

Eugène a été ordonné prêtre le 21 décembre 1811 et a célébré sa «première messe» la veille de Noël. Il avait invité sa mère à s’unir à lui d’une manière très spéciale.

Chère mère, unissez-vous à moi la nuit de Noël, participez aux saints mystères à Aix, tandis qu’à Amiens, dans la plus fervente des communautés, je les célébrerai pour vous; parlons chacun de notre côté à notre bon Maître qui assurément ne saurait rien nous refuser en un si beau jour…

Lettre à sa mère, le 8 décembre 1811, E.O. XIV n. 96

Après Avant une ordination, la coutume était de faire une retraite de quelques jours pour se préparer à célébrer la messe pour la première fois. Pour le jour de sa consécration, il avait écrit, à l’avance, à sa mère :

Je vous quitte, chère et bonne maman. J’ai pris trois jours encore pour m’accoutumer à l’idée que je suis prêtre et pour me préparer à célébrer les divins mystères la nuit délicieuse où notre aimable Sauveur naquit dans une étable…

Lettre à sa mère, le 21 décembre 1811, E.O. XIV n. 97

 

Comment vais-je me préparer à célébrer la très sainte nuit où Notre Sauveur bien-aimé est né dans une étable ?

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to CÉLÉBRER LA MERVEILLEUSE NUIT OÙ NOTRE SAUVEUR BIEN-AIMÉ EST NÉ DANS UNE ÉTABLE

  1. Denyse Mostert says:

    Fabuleux Noël pour le jeune prêtre qui vient de célébrer sa première messe le 21 décembre 1811 ! Avec quelle ferveur Eugène se prépare à vivre l’Eucharistie de la Nativité en communion étroite avec sa mère ! « Je célèbrerai [les saints mystères] pour vous », lui écrit-il.

    En plein coeur de l’hiver, une joie semble renaître. Dans nos villes, poussent des sapins illuminés tandis que se débride la consommation qui va combler les souhaits. Et des crèches nous rappellent toujours un enfant né dans le plus grand dénuement…

    «Comment vais-je me préparer à célébrer la très sainte nuit où Notre Sauveur bien-aimé est né dans une étable ? », demande Frank Santucci. Question qui ne se posait pas il y a quelques décennies.

    Je revois les Noël de ma jeunesse où, autour du feu dans la cuisine, chacun y allait de ses souvenirs personnels. Que d’enseignements me sont restés de ces beaux moments qui précédaient la Messe de Minuit ! Que de ferveur ensuite dans l’église avec sa grande crèche, et Marie et Joseph, et les anges qui semblaient joindre leurs voix à celles des fidèles ! Que d’émotions à s’avancer au banc de communion… et de saluts chaleureux échangés à la sortie de la messe ! De retour à la maison, on semblait parler plus bas que d’habitude, comme pour garder en soi la douceur de la Nativité. Rien de nostalgique dans ce rappel. . Plutôt des souvenirs heureux qui m’ont préparée à vivre le mystère de la Nativité en profondeur et dans une gratitude toujours vivante.

    Aujourd’hui… mais non, je ne vais pas me plaindre des coutumes disparues ni de la fièvre de consommation qui les remplace dans la majorité des cas. Derrière la profusion de cadeaux, ne peut-on voir l’effort de chacun à dénicher ce qui fera le plus de plaisir à l’autre ? Que d’anecdotes vont resurgir pendant les repas de Noël qui durent longtemps et combien la douceur d’être ensemble laisse présager d’autres retrouvailles où chacun aura le loisir de se dire tel qu’il est !

    La fête de Noël, demeure le temps de réaliser combien cet enfant né il y a deux millénaires continue à nous être présent. Nos calendriers eux-mêmes en témoignent. Ne nous préparons-nous pas en effet à vivre le 2016ième Noêl après Jésus Christ ? Tant de durée dans le temps et tant de témoins au cours des siècles ne viennent-ils pas souligner l’amour sans limite de Jésus Sauveur né dans une crèche et mort un jour sur une croix pour que nous ayons la Vie ?

    Que la douceur de la Nativité soit avec nous tous en ce 25 décembre tout proche. Que sa paix continue à régner chez « tous les hommes de bonne volonté ». Alors peut-être verrons-nous l’espérance prendre dans notre monde la place qui lui revient …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *