NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: S’IDENTIFIER AVEC LES PAUVRES JUSQU’À PARTAGER LEUR VIE ET LEUR ENGAGEMENT POUR LA CAUSE DE LA JUSTICE

Le ministère pour la justice, la paix et l’intégrité de la création fait partie intégrante de l’évangélisation.
L’action de l’Esprit peut conduire certains Oblats à s’identifier aux pauvres jusqu’à partager leur vie et leur engagement pour la cause de la justice; d’autres, à se rendre présents là où se prennent des décisions qui affectent l’avenir du monde des pauvres.

CC&RR, Rule 9a

Gilberto Pinon, OMI, l’ex-Assistant Général, disait lors d’un interview : “Aujourd’hui nous moissonnons ce que d’autres ont semé. L’exemple que nous ont donné nos anciens nous pousse à aller vers de nouveaux endroits pour porter la voix des pauvres. Le P. Gregorio Iriarte nous a donné l’exemple en consacrant tout son temps à l’étude de la dette externe des peuples et le Frère Gilberto Pauwels continue ce travail en Bolivie, au niveau de Forums nationaux, pour conscientiser les gouvernements afin qu’ils approuvent des lois qui protègent l’environnement des villages contre les multinationales.

Au niveau de l’Organisation des Nations Unies à New York et en des Organismes internationaux, tels la Banque Mondiale et l’Organisation Internationale du Travail, nous avons une présence oblate qui rend présente la voix des Pauvres, exigeant des Gouvernements et des Compagnies transnationales, un traitement plus juste. Nous retrouvons ici Seamus Finn et Daniel Le Blanc qui collaborent avec d’autres religieux, pour faire en sorte que “les puissants” du monde entendent la “voix des sans voix.”

http://www.omiworld.org/fr/content/entrevues-omi/775/gilberto-pi-n-omi/

Plusieurs Oblats dans le monde entier nous enseignent, d’une manière courageuse, cet aspect de notre vision fondatrice aujourd’hui – dans certains cas extrêmes, certains ont fait de la prison et d’autres ont même perdu leur vie en cours de route. Étant donné que je me focalise sur l’unité où j’appartiens, je choisis de regarder les Oblats qui travaillent, à plein temps, dans le secteur du JPIC. Dans notre site web, nous avons l’exemple d’un Oblat qui «pour répondre  à l’appel de l’Esprit»  dédie sa vie pour les pauvres : Le P. Daniel, est associé au Bureau International du JPIC et répresentant des Oblats à l’ONU – New York. Le P. Daniel est Oblat de Marie Immaculée depuis 1971. C’est un Canadien qui a travaillé au Pérou de 1978 jusqu’à sa nomination pour le Bureau Général du JPIC. Il répresente la Congrégation Oblate, reconnue comme une ONG par les Nations Unies où il  travaille comme membre de la Commission sur le Développement Social,  le sous-comité sur l’éradication de la pauvreté, le développement durable, le forum sur les peuples autochtones et le Financement pour le Développment et la Migration. Dans son travail, il collabore avec le VIVAT International.

Lors de ses trentes années de service au Pérou, Daniel était pasteur dans plusieurs paroisses du Diocèse de Carabayllo (Lima) et dans les environs de la forêt tropicale. Il a servi à  plusieurs niveaux sur les questions de la justice sociale, tel que l’assistance aux victimes du terrorisme et enquêté  sur une fosse commune. Il a même aidé à traduire les concernés en justice.

Le P. Daniel a aussi étudié le droit au Pontificia Universudad Católica del Perú (PUCP). Et il a été pour plusieurs années, membre et directeur OMI de la Commission de Justice, Paix et Integrité de la Création, (JPIC) de l’Amérique Latine.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: S’IDENTIFIER AVEC LES PAUVRES JUSQU’À PARTAGER LEUR VIE ET LEUR ENGAGEMENT POUR LA CAUSE DE LA JUSTICE

  1. Denyse Mostert says:

    Il serait long et presqu’impossible de nommer dans un petit commentaire tous les Oblats impliqués dans la promotion de la justice, de la paix et de l’intégrité de la création. On touche ici à leur identité même. Eugène de Mazenod n’allait-il pas d’emblée aux gestes pouvant rendre humanité et joie aux gens de son époque. ? « En faire des hommes », disait-il d’abord, afin de leur montrer la bonté de Dieu et faire d’eux des croyants, voire des apôtres.

    Que font les Oblats ? Tout d’abord, ils ne font pas cavalier seul. Ils travaillent activement au niveau de JPIC, de l’ O.N.U. où « la Congrégation oblate est reconnue comme une ONG et travaille comme membre de la Commission sur le Développement Social, le sous-comité sur l’éradication de la pauvreté, le développement durable, le forum sur les peuples autochtones et le Financement pour le Développment et la Migration… [Ils collaborent] ]avec le VIVAT International etc… »
    Qu’on se rappelle le fondateur et sa compassion pour les jeunes d’Aix, pour les prisonniers de guerre et pour les démunis auxquels il s’adressait particulièrement en langue provençale.

    « Les pauvres aux multiples visages » sont de toutes les époques et dans toutes les parties du monde. La Révolution française est loin derrière nous mais qui oserait avancer que notre époque est exempte de problèmes criants ? Il suffit d’ouvrir un bulletin de nouvelles pour que les atrocités infligées à tant d’innocents nous sautent au cœur, que les situations de misère des couples séparés et de tant d’enfants brutalisés voire abandonnés crient à l’aide, que tant de jeunes semblent privés d’espérance devant un avenir qu’ils croient bouché.

    Il suffit de nous regarder nous-mêmes attentivement pour réaliser le puits d’individualisme dans lequel nous menaçons de sombrer si nous n’y prenons garde.
    Mais tout est possible si nous sommes attentifs à ce qui se vit autour de nous et décidons d’y apporter l’attention agissante dont nous sommes capables. J’allais écrire « si minime » soit-elle… Finalement je crois qu’aucun geste de compassion n’est insignifiant et que ses effets sont bien plus importants qu’il n’y paraît.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *