NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI : TEMOIGNER FIDELEMENT DE JESUS-CHRIST A TRAVERS NOTRE CHARISME OBLAT REQUIERT QUE NOUS METTIONS EN PRATIQUE CES PRIORITES

 

Le ministère pour la justice, la paix et l’intégrité de la création fait partie intégrante de l’évangélisation…
Quel que soit leur travail, les Oblats collaboreront, selon leur vocation, par tous les moyens conformes à l’Évangile, à la transformation de tout ce qui est cause d’oppression et de pauvreté, s’employant ainsi à l’avènement d’une société fondée sur la dignité de la personne créée à l’image de Dieu.

CC&RR, Règle 9a

Le dernier testament que le Père Kennedy nous a laissé sur cette Constitution se conclut avec la liste de quatre priorités Oblates pour le ministère de Justice, Paix et Intégrité de la Création :

LES DROITS HUMAINS

Nous nous engageons à travailler particulièrement à la promotion des droits de tous les peuples, individuellement et communautairement, en mettant surtout l’accent sur les peuples indigènes et les migrants. Nous nous engageons pour que tous les peuples puissent être respectés dans leur droit à la vie depuis la conception jusqu’à sa fin naturelle, et à la satisfaction des besoins humains fondamentaux, ainsi que le droit à jouir du libre exercice des droits civiques, politiques, sociaux, religieux et culturels, et à vivre dans une communauté saine.

PAIX ET RÉCONCILIATION

Nous sommes également attentifs à inclure dans le curriculum de Formation oblate initiale et permanente des programmes spécifiques de résolution des conflits et de réconciliation au niveau social, religieux et politique, par exemple entre groupes ethniques dans les régions où nous exerçons actuellement notre ministère.

DURABILITÉ ÉCOLOGIQUE ET ÉCONOMIQUE

Nous sommes engagés dans une relation étroite entre l’humanité et la nature comme dons de Dieu, dans la protection de l’environnement et en faveur de l’écologie.

ÉDUCATION ET FORMATION

Nous sommes engagés dans la promotion de l’alphabétisation et de l’éducation comme un droit fondamental pour encourager les personnes dans leur quête d’une plus grande dignité et de possibilités accrues. Nous croyons que la préparation et le recyclage pour cette dimension de notre mission devrait aussi faire partie de tous nos programmes de formation. Ceci comprend les différentes étapes de la formation initiale, la formation permanente et les programmes de formation au leadership planifiés à différents niveaux dans la Congrégation. Nous œuvrons pour que laïcs et Oblats assument ensemble la responsabilité de notre mission. L’enseignement social de l’Eglise et la formation JPIC doivent être partie intégrante de nos programmes de formation pour les Oblats et les laïcs.

Kennedy Katongo OMI (http://www.omiworld.org/upload/allegati/569-info-francais.pdf)

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI : TEMOIGNER FIDELEMENT DE JESUS-CHRIST A TRAVERS NOTRE CHARISME OBLAT REQUIERT QUE NOUS METTIONS EN PRATIQUE CES PRIORITES

  1. Denyse Mostert says:

    Qu’on en soit convaincu ! Depuis leur fondation, les Oblats ont eu le cœur tourné vers le ciel et le regard bien présent aux réalités terrestres. Il ne pouvait en être autrement pour ces hommes engagés à la suite d’Eugène de Mazenod le « prêtre des pauvres ».

    Ce qui m’a attirée vers les Oblats ? Leur manière d’être proches sans condescendance, leur authenticité et leur attention réelle aux paroles des autres. Davantage encore les actions concrètes qui suivaient les paroles.

    Les droits humains à protéger sont nombreux. Il y a les grands choix un peu impressionnants. Telle la Commission «Vérité et Réconciliation ». « La réconciliation c’est une question de formation et de maintien de relations respectueuses. Il n’y a pas de raccourci. » a écrit Murray Sinclair (*) Tant d’organisation, de rencontres, de témoignages et de mise en lumière d’événements passés n’ont pas été inutiles. « Vérité et Réconciliation » a permis une avancée dans les relations avec les Premières Nations.

    Pour être efficacement défendus, les droits humains ont besoin de veilleurs, des gens assez proches pour détecter les problèmes, la volonté de rendre à chacun la vie à laquelle il a droit et d’offrir à tous les moyens d’être citoyens d’aujourd’hui à part entière. Ne voilà-t-il pas le chemin ouvert à un travail missionnaire aux multiples aspects ? Un travail qui a nom éducation, formation, accompagnement…

    Toujours je retiendrai la petite phrase d’un Oblat vivant dans le Grand Nord. « Ma mission disait-il, ce n’est pas de convertir les gens, c’est d’être-avec-eux. » Il avait compris. Il avait ouvert tout grand le chemin vers Jésus dont ont sait qu’il est Amour.

    (*)http://www.trc.ca/websites/trcinstitution/index.php?p=15

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *