NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: N’ÉPARGNEZ AUCUN EFFORT

Ils mettent tout en œuvre pour éveiller ou réveiller la foi de ceux à qui ils sont envoyés et leur faire découvrir «qui est le Christ»

CC&RR, Constitution 7

P. M. Courvoisier écrit : “Nil linquendum est inausum ut proferatur imperium Christi…», dit le texte de la Préface de nos Constitutions et Règles de 1826. Comme traduction littérale, je propose: «Il ne faut rien laisser sans l’oser, pour faire avancer, pour porter plus loin le règne du Christ.» Cette formule a soutenu et soutient l’élan missionnaire de la Congrégation…

La vie d’Eugène a été faite d’une série d’actions surprenantes, qui n’épargnaient aucun effort, pour Le Sauveur. En rompant avec sa mère, source constante de domination, avec la haute noblesse d’Aix, son départ pour le séminaire à Paris enclencha une réaction en chaine d’événements étonnants.

Il n’épargna aucun effort pour défendre les droits de l’Église persécutée par Napoléon (comme par les futurs Rois de France quelques années plus tard). Il n’épargna aucun effort pour se mettre au service des prisonniers et de la jeunesse à Aix et dans les villages de Provence alentour. Il osa inviter d’autres à se joindre à lui, ne ménageant pas ses efforts pour les (nous) envoyer dans les petites villes de campagne en Provence. Il s’appliqua à introduire la théologie morale de St-Alphonse,  qui exigeait pitié et compassion envers  le jansénisme prévalant en France. Il prit sur lui d’envoyer des missionnaires au Canada, dans les Iles britanniques et en Irlande à un moment où nous étions si peu nombreux que nous ne suffisions pas à la tâche en France. Il n’épargna pas ses efforts pour étendre partout la mission des Oblats, et ce, jusqu’à sa mort. Comme évêque de Marseille, il fit tout pour évangéliser ses paroissiens et pour les encourager à répondre aux besoins incessants des pauvres dans tous les milieux.

P. Courvoisier montre bien la force infatigable d’Eugène ne ménageant pas ses efforts :

«La source des audaces d’Eugène de Mazenod n’est donc pas son tempérament, mais bien les besoins de salut des hommes auxquels sa foi en Jésus Christ sauveur l’appelle à répondre, d’abord personnellement, puis avec sa Congrégation, «prêt à partir pour la lune, s’il le fallait».

“Audace” dans le Dictionaire des valeurs Oblates (http://www.omiworld.org/fr/dictionary/dictionnaire-des-valeurs-oblates_vol-1_a/1085/audace/)

DeMazenod_200th_banner French

‘N’ayez jamais peur de croire en l’avenir inconnu que vous réserve un Dieu que vous connaissez’   Corrie Ten Boom

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: N’ÉPARGNEZ AUCUN EFFORT

  1. Denyse Mostert dit :

    Chez les Oblats de Marie Immaculée, aucune tiédeur au service de Dieu. Rien d’étonnant avec un tel Fondateur !

    Eugène de Mazenod n’est pas l’homme à se précipiter. Ses décisions sont réfléchies, parfois même assez longtemps. Ainsi de retour à Aix, en dépit de deux projets de mariage, il hésite, étudie de plus près la foi catholique, prends des conseils, pour finalement entrer au Séminaire Saint-Sulpice. Décision qui n’aura d’ailleurs pas l’heur de plaire à Marie-Rose Joannis qui rêvait de voir son fils perpétuer la lignée des de Mazenod.

    Eugène est homme de parole. « Fidèle à ses origines et à ses convictions, il refuse d’être ordonné par le cardinal Maury imposé par Napoléon sans l’accord du pape Pie VII « (Wikipédia)

    Eugène innove. Qu’on se souvienne de la Congrégation de la Jeunesse. De l’attention qu’il porte aux pauvres de la ville, aux prisonniers politiques dont les prisons regorgent, des missions en régions éloignées et comment il sait mettre la Parole de Dieu à la portée de tous.

    Eugène est homme des décisions sensées. Comment, quand il aura compris le bien que cela pourra apporter à la petite Société des Missionnaires de Provence, il deviendra « le bras croit » de l’oncle Fortuné, évêque de Marseille.

    Eugène, homme de fidélité à son Église. Ses démêlés avec le gouvernement sont connus de tous. À titre d’exemple, en 1832 le pape Grégoire XVI le nomme évêque d’Icosie. Lorsque les choses se gâtent avec les dirigeants, le nouvel évêque aura à supporter maints sévices dont la perte de sa nationalité française. Par fidélité à l’Église, il acceptera cependant d’arrêter un recours en justice qu’il avait bien des chances de remporter…

    Le P. Courvoisier souligne l’audace du supérieur général qui « prit sur lui d’envoyer des missionnaires au Canada, dans les Iles britanniques et en Irlande à un moment où nous étions si peu nombreux que nous ne suffisions pas à la tâche en France. »

    « Ils mettent tout en œuvre pour éveiller ou réveiller la foi de ceux à qui ils sont envoyés et leur faire découvrir «qui est le Christ» (CC&RR, Constitution 7)

    Et ainsi de toute la vie d’Eugène. Il faudrait ici un Jean Leflon pour cerner comme elles le méritent toutes les actions du fondateur. Retenons sa foi en Jésus Sauveur et son amour pour les hommes et les femmes de son temps à qui il veut faire découvrir le bonheur de se savoir aimé et sauvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *