NOTRE VISION DE FONDATION: LES COOPERATEURS DU SAUVEUR

Le document écrit le 25 janvier 1816 et sur lequel nous avons réfléchi durant ces dernières semaines (Demandé par le Vicaire capitulaire d’Aix), est notre première Règle de Vie, notre vision de la fondation. Il formait le squelette sur lequel les 200 ans ont été appelés à donner vie. Cette vision de fondation continue à nous guider aujourd’hui.

Deux ans plus tard, en 1818,  Eugène et les Missionnaires écrivèrent notre première Règle de Vie plus étendue et compréhensive. En elle, il résuma la vision de fondation dans cette vigoureuse description:

Quelle fin plus sublime que celle de leur Institut!
Leur instituteur, c’est Jésus Christ, le Fils de Dieu lui-même;
leurs premiers pères, les Apôtres.
Ils sont appelés à être les coopérateurs du Sauveur,
les corédempteurs du genre humain;
et quoique, vu leur petit nombre actuel et les besoins plus pressants
des peuples qui les entourent,
ils doivent pour le moment borner leur zèle aux pauvres de nos campagnes
et leur ambition doit embrasser dans ses saints désirs,
l’immense étendue de la terre entière

1818 Règle, première partie, premier chapitre. Les buts de l’Institut, §3, Missions, 78 (1951) p. 15

Chaque membre de la Famille Mazenodienne est décrit comme ouvrier du Sauveur! Comme chacun de nous s’inspire du charisme de Saint Eugène et qu’il est attiré par sa spiritualité et sa mission – nous devenons co-opérateurs du Sauveur. Nous sommes ses ouvriers comme Frères et Prêtres dans notre engagement des vœux et dans notre ministère; nous sommes ses ouvriers comme Oblats laïcs associés et partenaires  dans la mission, nous sommes ouvriers comme supporteurs de la mission de toutes les façons, comme employés, bienfaiteurs, accompagnateurs spirituels, paroissiens et amis… Chacun de nous est un ouvrier dédié au Sauveur  même à partir du soi-disant “moins important” et   servile jusqu’au plus important apparemment. Chacun de nous est une partie constituante de l’amour du Sauveur pour le monde

french

“Le Christ n’a pas de corps maintenant sur la terre, sinon le vôtre, aucune main ni pied sauf les vôtres. Vôtres sont les yeux avec lesquels le Christ montre sa compassion pour le monde. Vous etes les pieds avec lesquels le Christ se promène en faisant le bien. Vôtres sont les mains avec lesquelles Il nous bénit maintenant. ”     Thérèse d’Avila

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à NOTRE VISION DE FONDATION: LES COOPERATEURS DU SAUVEUR

  1. Denyse Mostert dit :

    Serviteur, un mot qui passe mal. Parce que, de tout temps, on l`a subordonné à la notion d`esclavage. Si on met de côté les serviteurs des tyrans de jadis ou le touchant récit de « La case de l`oncle Sam «  ou encore tant d`abus de tortionnaires modernes, on peut alors rendre ses lettres de noblesse à l`action de servir.

    Parce que le désir de servir est fondamentalement lié à l`être humain. Que de fois on entend des personnes se plaindre de ne plus servir à personne ! Servir, rendre librement service et non pas être contraint à… En fait le mot-clé en est l`amour, celui qui nous fait découvrir des situations que nous pouvons adoucir le plus possible.

    « Les Constitutions oblates vont plus loin. Elles requiérent des coopérateurs du Sauveur, des corédempteurs du genre humain…«  jouissant de toute la confiance de Dieu et lui consacrant toutes leurs forces vives.

    On le sait, les chantiers sont démesurés. Il faut aux collaborateurs que nous sommes le sens de nos moyens limités et un abandon joyeux à la volonté de Dieu. Chaque jour, « reprendre le collier« comme disait mon père, ce grand courageux. Dans le souci d`une tâche accomplie au mieux et la reconnaissance du bien qui pourra en jaillir.

Répondre à Denyse Mostert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *