LA GRÂCE DE DIEU ALLAIT BÂTIR SUR LA NATURE D’EUGÈNE 

Le cœur d’Eugène avait été touché par la situation de misère des prisonniers, comme Leflon nous le dit

“ Eugène dénonce ensuite « la déplorable situation des prisonniers passagers, et particulièrement des conscrits conduits de brigade en brigade jusqu’a leur corps ».

II s’agissait des réfractaires qui se cachaient pour échapper à la conscription et que la maréchaussée avait arrêtés. Ceux-ci « manquent non seulement de subsistance, vu que jusqu’a présent ils ne jouissent pas encore, dans ce département, du bénéfice du décret impérial qui leur accorde vingt centimes par jour en remplacement de la ration qui a eté supprimée, mais encore la plupart se trouvent dans une nudité presque complète ». Le semainier propose donc qu’on fasse une quête annuelle, après autorisation du maire, et qu’une partie en soit affectée à l’achat de « culottes, souliers, chapeaux etc… pour les distribuer aux misérables indigents qui sont conduits de prison en prison ».”

Leflon I, p 299

Son initiative fut un succès:

Il réussit également à pourvoir les conscrits réfractaires des vêtements indispensables. Nous savons que, le 28 janvier, il fut chargé avec deux autres recteurs d’acheter « provisoirement une douzaine de vieilles culottes, une douzaine de paires de souliers raccommodés » et, le 10 mars, « de la toile pour trois douzaines de chemises pour hommes, deux douzaines pour femmes, vingt-quatre draps de lit, dix couvertures, douze capotes Cadix pour l’hiver, vingt paillasses, douze bonnets, douze traversins et douze essuie-mains », avec le concours des « dames d’humanité» (Leflon I, p 302-303).

Un souci digne de louange  face à la situation des pauvres; ce souci aidera à soulager la souffrance des prisonniers sous privilégiés. À ce stage, sa motivation semble être purement humanitaire – la compassion de son humaine nature a été touchée. Plus tard, nous verrons comment il entreprendra des gestes similaires, mais comme résultat, il verra la souffrance à travers les yeux du Sauveur Crucifié, et répondra aux pauvres à cause de Jésus. La grâce de Dieu se construira à l’avenir dans la nature même d’Eugène.

FRENCH

“Le but de la vie humaine est de servir, et de montrer de la compassion et de la volonté pour aider les autres.”   Albert Schweitzer

Ce contenu a été publié dans ÉCRITS, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LA GRÂCE DE DIEU ALLAIT BÂTIR SUR LA NATURE D’EUGÈNE 

  1. Denyse Mostert dit :

    « La grâce de Dieu allait bâtir sur la nature d’Eugène… » Le matériau était riche, fait pour résister à bien des accidents de parcours. Restait à savoir comment le jeune homme s’en servirait.

    Dès le début de son poste à la prison, on le voit dénoncer le sort réservé aux prisonniers politiques. Et il procure nourriture, vêtements, conditions plus salubres, avec, peut-on présumer respect envers les détenus.

    Cette attitude qui a d’abord étonné ses collègues de travail, ne s’est sûrement pas passée sans heurts. Sans doute le jeune recteur a-t-il eu à dénoncer, rappeler, insister et qui sait, peut-être se fâcher devant des difficultés bureaucratiques.

    On l’a vu ainsi cheminer en toute liberté, par bonds successifs et dans la fidélité à ce sentiment humanitaire qui l’habitait. Rien de plus normal donc que « la grâce de Dieu » ait fait son œuvre avec cette nature ouverte à la souffrance des autres.

    La graine était semée dans la bonne terre, c’tait maintenant l’heure de sa croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *