LA FORCE DE DIEU À TRAVERS LAQUELLE S’OPÈRENT DES MIRACLES

Eugène, le prédicateur et le fondateur d’une société de missionnaires, parle de façon frappante du fond de son cœur concernant le pouvoir de la parole prêchée.

La grâce de la conversion est éminemment attachée à la parole, c’est la vertu de Dieu; les miracles s’opèrent par elle. Voilà le filet mystérieux, quand il est jeté in nomine Jesu (ed. au nom de Jésus). Depuis saint Pierre jusqu’à nos jours, et il en sera ainsi jusqu’à la fin des siècles, c’est par la parole parlée et non par la parole écrite que les nombreuses conversions s’opèrent.

Le contexte de ces mots traduit son effort pour apaiser la hâte de Marius Suzanne convalescent de terminer son livre et pour l’inciter à prendre du repos. Dans ce processus, il nous donne un belle description du pouvoir de la prédication.

Ne te tue donc pas à l’œuvre, je le répète, tu arriveras à temps en marchant plus lentement. Continue à me donner de temps en temps de tes nouvelles; travaille moins et guéris-toi.
Adieu, je t’aime et t’embrasse de tout mon cœur.

Lettre à Marius Suzanne, le 25 août 1827, EO VII n 276

 

“Vous pouvez changer le monde en changeant vos mots… Rappelez-vous, la mort et la vie sont dans le pouvoir de la langue.”     Joel Osteen

This entry was posted in LETTRES and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to LA FORCE DE DIEU À TRAVERS LAQUELLE S’OPÈRENT DES MIRACLES

  1. Denyse Mostert says:

    Lettre à Marius Suzanne, le 25 août 1827

    «Ne te tue donc pas à l’œuvre, je le répète, tu arriveras à temps en marchant plus lentement. » Révélateurs ces mots d’Eugène au P. Marius Suzanne ! Toute la sagesse du père tentant de ramener un de ses Oblats vers une juste modération ! On peut se demander comment le P. Suzanne a suivi ces sages conseils.

    Il est certain que le contact direct entre deux personnes peut favoriser le climat propice à un changement. Que la grâce de la conversion soit attachée à la parole, comme l’écrit Eugène tout à fait d’accord. N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’expérimentent régulièrement ses Oblats sur les difficiles chantiers de missions ?

    Il n’en reste pas moins que l’affirmation péremptoire du Fondateur me laisse un peu sceptique. «C’est par la parole parlée et non par la parole écrite que les nombreuses conversions s’opèrent», écrit-il encore à Marius Suzanne. J’ai l’impression de défoncer des portes ouvertes en rappelant que, si Jésus de Nazareth n’a laissé que quelques mots tracés sur le sable et dont on ne sait d’ailleurs rien, c’est par les écrits de ses disciples que la Bonne Nouvelle est arrivée jusqu’à nous. Comme aussi tant de réflexions d’auteurs spirituels peuvent retenir notre attention, nous accompagner et devenir parfois source de changement significatif…

    Saint Eugène de Mazenod n’est-il d’ailleurs pas connu par les écrits très nombreux qu’il a laissés derrière lui ? Des mots qui n’auront jamais fini de nous faire avancer dans l’amour de Dieu et celui des êtres humains.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *