ÉVÊQUES ET CHARISME OBLAT: CONFLIT OU COMMUNION ?

Eugène a fondé les Oblats pour servir dans l’Église et pour être de service dans la mission de l’Église, avec la vision charismatique qui nous est particulière. Notre vocation devient tangible autour de la personne de l’Évêque, en communion avec celui dont nous servons l’Église locale. Écrivant à l’Évêque de Nîmes où les Oblats ont une communauté, Eugène l’assurait de ce désir de communion missionnaire.

Vous savez. Monseigneur, que notre Société s’emploie volontiers sous vos ordres. Quand elle sera plus nombreuse, elle fera plus encore, autant néanmoins qu’il vous plaira de l’ordonner, car notre ambition à tous, tant que nous serons dans votre diocèse, sera de vous être dévoués et de donner à votre cœur paternel toutes les consolations qu’il est en droit d’attendre de prêtres qui comprennent votre sollicitude et l’étendue de leur devoir.

Lettre à  l’Évêque P.B. de Chaffoy de Nîmes, EO XIII n. 60

Ceci, cependant, n’est pas une servitude aveugle – mais un service rendu à l’intérieur des paramètres de notre vision charismatique particulière. Chaque fois qu’Eugène rencontrait des évêques qui demandaient aux Oblats de rendre des services qui ne coïncidaient pas avec notre vocation spécifique, il retirerait les Oblats de ce diocèse ou de ce travail.

Par coïncidence, alors que je réfléchis à cette lettre, deux de nos Oblats viennent d’être nommés évêques à quelques jours d’intervalle. Instinctivement, ma réaction à chacune de ces nominations en fut une de consternation parce que la Congrégation des Oblats ‘perdait’ un homme bon et talentueux  au service de nos propres besoins missionnaires. Pourtant, ce n’est pas le cas parce que nous avons été fondés pour être au service des plus abandonnés selon les besoins de l’Église, et notre esprit missionnaire continue d’être à ce service. Eugène lui-même donna l’exemple quand il fut fut nommé évêque pour répondre aux besoins urgents et essentiels dans la vie de l’Église  à Marseille. Avec son cœur  Oblat et sa vision non moins Oblate, il devint un agent de transformation – avec une attention particulière pour les plus abandonnés dans le diocèse.

 

“Soyez attentifs à ce que les candidats en vue de  l’épiscopat  soient des pasteurs près du peuple, pères et frères; qu’ils soient doux, patients et miséricordieux. ”   Pape François

This entry was posted in LETTRES and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to ÉVÊQUES ET CHARISME OBLAT: CONFLIT OU COMMUNION ?

  1. Denyse Mostert says:

    (Lettre à l’Évêque P.B. de Chaffoy)

    Ce n’est un secret pour personne. Voyant l’Église « «menacée de la plus cruelle persécution », Eugène de Mazenod et les Oblats vont « se dévouer de manière absolue à son service ». (*)

    Mgr P.B. de Chaffoy, ne peut qu’apprécier la déclaration du Fondateur : «…Notre Société, écrit-il, s’emploie volontiers sous vos ordres… notre ambition à tous tant que nous serons dans votre diocèse, sera de vous être dévoués… » La suite avait peut-être de quoi moins le satisfaire. Un tel dévouement, continue Eugène, ne peut être attendu que «de prêtres qui comprennent votre sollicitude et l’étendue de leur devoir. » Et voilà l’Évêque de Nîmes dûment prévenu ! Pour les Oblats, « se dévouer « de la manière la plus absolue » au service de l’Église passe d’abord et avant tout par la priorité aux plus démunis.

    D’où la question d’aujourd’hui : évêques oblats, conflit ou communion ? À première vue, ne semble-t-il pas y avoir opposition entre vocation résolument tournée vers les pauvres et honneurs de l’épiscopat ? Dès le début de son ministère, on sait d’ailleurs qu’Eugène de Mazenod « avait refusé une responsabilité diocésaine de prestige » qui l’aurait, croyait-il, éloigné de sa vocation fondamentale. » (**)

    Alors, que s’est-il passé ? Simplement que le temps a fait son œuvre et que le Fondateur s’est rendu compte que les moyens pouvaient être multiples pour vivre le même charisme. Tout comme le ministère des nouveaux Évêques Oblats va se révéler tout autant profitable pour les pauvres que celui qu’ils leur dispensaient alors qu’ils œuvraient « sur le terrain ».

    (*)http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=10&vol=1&let=E&ID=1096
    http://www.omiworld.org/content.asp?sezID=&catID=0&artID=2&pag=5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *