J’AI TOUJOURS EU UNE FRANCHISE DES PLUS PRONONCÉES

Je continue à réfléchir sur l’auto-évaluation d’Eugène pour son directeur spirituel, à son entrée au séminaire. Aujourd’hui, je trouve que les lignes qu’il avait rayées dans son brouillon (ici, soulignées) sont plus parlantes que le texte final qu’il a présenté:

J’ai toujours eu une franchise des plus prononcées, qui m’a fait rejeter loin de moi toute espèce de compliments flatteurs qui aurait tendu le moins du monde à en obscurcir la sincérité. On s’était fait dans le monde à ma manière
Je dois être en garde contre les jugements téméraires, car j’ai une grande propension à porter des jugements sur le tiers et sur le quart; porté à cela par un certain talent que j’ai depuis mon enfance de juger avec…
Je n’ai jamais pu me réduire d’expliquer l’action des autres par l’intention, parce que je suis accoutumé à saisir dans l’action certaines petites circonstances qui échappent à la plupart des gens, et qui me donnent une donnée presque sûre pour en déduire l’intention. Je ne me suis presque jamais trompé sur cela. Aussi suis-je très méfiant, et ne compte guère sur les témoignages d’amitié et d’estime que des 3,4 de ceux qui voudraient me faire croire qu’ils me sont attachés.
L’expérience m’ayant prouvé que je ne me trompe guère dans les jugements que je porte, j’ai besoin d’être fort en garde pour ne pas en prononcer , sans nécessité.

L’autoportrait d’Eugène pour son directeur spirituel, en 1808, E.O. XIV n. 30

La qualité d’être prompt à juger est claire dans beaucoup de ses écrits tout au long de sa vie, en particulier si les actions ou les attitudes d’une personne n’étaient pas en harmonie avec les valeurs et les idéaux qu’Eugène attendait d’elle, par rapport à son état de vie. Cette attitude de franchise lui a valu d’avoir des ennemis, en particulier à Marseille quand il a été le vicaire général de son oncle et devait être « l’homme de main » pour faire face aux problèmes dans le diocèse ou avec les autorités du gouvernement civil.

Ce contenu a été publié dans ÉCRITS, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à J’AI TOUJOURS EU UNE FRANCHISE DES PLUS PRONONCÉES

  1. Denyse Mostert dit :

    Cette franchise a dû attirer bien des remontrances à Eugène enfant à une époque où s’appliquait la discipline stricte… et bien des situations difficiles lors de sa longue vie… Il vivait l’écriture : son oui était un oui etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *