SE CONCENTRER SUR CE QUI DONNE LA VIE

Hippolyte Guibert était prêtre Oblat depuis un an, et Jeancard depuis 3 ans: et tous deux étaient au milieu de la vingtaine. Eugène suivaient les aventures missionnaire de ces jeunes hommes avec fierté et intérêt. Lorsqu’ils se réjouissaient de leurs succès mais aussi lorsqu’ils farfouillaient dans leurs difficultés, il leur rappelait que tout ce qui est important, c’est qu’ils ne perdent jamais de vue l’idéal Oblat de susciter la vie: “ cherchez seulement Dieu et les âmes que son Fils Jésus Christ a rachetées au prix de son sang”.

Quand nous sommes tiraillés dans d’innombrables directions différentes lors de nos activités de chaque jour, Eugène m’invite à identifier  ce que mon but doit être en chaque activité, et de faire de mon mieux pour maintenir ce désir de donner la vie en tout temps.

Croyez, mes chers amis, que je suis aussi impatient de vous écrire que vous pouvez l’être de recevoir de mes nouvelles; celles que vous me donnez par vos deux lettres me donnent le plus grand espoir; les contradictions que m’annonce le p. Jeancard ne m’ont pas plus inquiété qu’elles n’ont ébranlé son courage devenu mâle et vraiment digne d’un Oblat de Marie qui compte sur la protection de cette puissante Mère et sur le secours de Dieu qu’elle ne manque jamais d’obtenir à ceux qui mettent leur confiance en elle. Le commencement de succès que le p. Guibert se fait un plaisir de m’apprendre m’a consolé tout comme lui, mais ne m’a point surpris. Il fallait bien vous attendre à toutes les précautions qui ont été prises, quelque singulières qu’elles soient.
Qu’importe, après tout, vous n’en ferez pas moins le bien pourvu que vous ne perdiez jamais de vue le véritable esprit de la Société et que vous ne cherchiez que Dieu et les âmes que son fils Jésus-Christ a rachetées de son sang.

Lettre aux Pères  Mie, Jeancard et Guibert, le 21 Novembre 1826, EO VII n. 259

 

“La clef du succès est de braquer notre esprit sur les choses que nous désirons, et non sur les choses que nous craignons.”   Brian Tracy

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à SE CONCENTRER SUR CE QUI DONNE LA VIE

  1. Denyse Mostert dit :

    Lettre aux Pères Mie, Jeancard et Guibert, le 21 Novembre 1826

    D’abord un bref coup d’œil sur les destinataires de cette lettre. Pierre Mie, « bon et infatigable religieux … Le père de Mazenod lui reproche en 1826 de trop prêcher sans se reposer ni même se réserver une semaine pour faire la retraite annuelle avec la communauté. » (*) Le parcours de Jacques Jeancard est un peu plus cahoteux. « En 1823, il quitte la Mission et se repent bientôt d’avoir quitté les Missionnaires de Provence. » En 1826, on le retrouve « membre du Chapitre général». (**) D’Hyppolyte Guibert, on sait comment il passa à travers un noviciat difficile : «opposition à cette vocation de la part de son père, absence du P. de Mazenod… doutes sur la solidité de l’Institut… À son retour en France, celui-ci le « nomme maître des novices. » (***)

    C’est donc à trois religieux à d’expérience différente que s’adresse le Fondateur. Aucune inquiétude, leur dit-il, quant aux « contradictions » signalées par le P. Jeancard et il se réjouit du « commencement de succès » du P. Guibert. Aucune surprise non plus au sujet des précautions « quelque singulières qu’elles soient» qui ont été prises.

    Nul besoin d’en lire plus pour deviner le climat assez difficile dans lequel doivent travailler les trois missionnaires. Comme il apparaît clairement que le message d’Eugène est un témoignage de foi en Dieu, en Marie, de confiance en ses fils
    et qu’il s’adresse aussi à chacun de nous : « Qu’importe, après tout, vous n’en ferez pas moins le bien pourvu que vous ne perdiez jamais de vue le véritable esprit de la Société et que vous ne cherchiez que Dieu et les âmes que son fils Jésus-Christ a rachetées de son sang. » Invitation à ne pas laisser les difficultés inhérentes à la vie prendre la priorité sur le but à atteindre, à tenir notre regard fixé sur Jésus et Marie, eux dont toute la vie a été un acquiescement total à la volonté divine.

    (*)http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=6&vol=1&let=M&ID=334
    (**)http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=6&vol=1&let=J&ID=250
    (***) http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=6&vol=1&let=G&ID=235

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *