APPROBATION PAPALE: RECONNAÎTRE QUE L’ÉGLISE A PARLÉ

En termes légaux, le Pape déclare que  parce que la Congrégation des Oblats de Marie Immaculée a été approuvée par l’Église, cette approbation est valide partout dans le monde et qu’aucune autorité ecclésiastique locale ne peut aller à son encontre. C’était pour cette reconnaissance qu’Eugène avait travaillé si fort pour l’obtenir: être reconnu universellement comme missionnaires des plus abandonnés et avoir le renfort et le support de l’Église pour faciliter ce ministère dans les situations les plus difficiles. Le rêve Oblat fut béni et assuré d’un support futur.

PAPE LÉON XII
POUR LA MÉMOIRE FUTURE DE CETTE CAUSE

Dans ce qui a été déclaré plus haut, le même jugement et la même décision doivent être donnés par tous les juges soit ordinaires soit délégués, et aussi par les Auditeurs concernant les causes du Palais Apostolique, par les Cardinaux de la Sainte Église Romaine, même par les Légats, les Vice-Légats et les Nonces du Saint Siège. Et nous refusons à quiconque sans exception la faculté et l’autorité d’interpréter ou de juger d’une manière différente. De plus, Nous rendons nulle et non avenue à l’avance toute tentative de décréter autrement, consciemment ou inconsciemment, par quiconque ou par toute autre autorité, les Constitutions Apostoliques, les ordonnances et autres décrets en dérogation à cette règle. 

…Donnée à Rome, à St-Pierre, sous l’anneau du pêcheur, le vingt-et-unième jour de mars 1826, dans la troisième année de Notre Pontificat.
Pape LÉON XII

Lettre Apostolique d’Approbation, le 21 Mars 1826, Missions O.M.I., n° 280 (1952), pp. 118, 138.

.

“Vous ne pouvez pas mettre une limite à rien. Plus vous rêvez, plus loin vous allez.”            Michael Phelps

Ce contenu a été publié dans ÉCRITS, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à APPROBATION PAPALE: RECONNAÎTRE QUE L’ÉGLISE A PARLÉ

  1. Denyse Mostert dit :

    Lettre Apostolique d’Approbation, le 21 Mars 1826, Missions O.M.I.

    Voici maintenant bien assise la liberté d’action des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Dûment cités dans la Lettre Apostolique, « tous les juges soit ordinaires soit délégués…les Auditeurs concernant les causes du Palais Apostolique… les Cardinaux de la Sainte Église Romaine, même … les Légats, les Vice-Légats et les Nonces du Saint Siège » se voient« refuser sans exception la faculté et l’autorité d’interpréter ou de juger d’une manière différente ». De plus Léon XII déclare « nulle et non avenue » toute tentative de dérogation à cette règle.

    Que demander de plus ? « Plus je pense à notre affaire, plus j’y vois la main de Dieu », écrit Eugène au P. Tempier. Ce n’est pas une approbation tiède et sous conditions que vient de recevoir la Congrégation mais bien le sauf-conduit qui va lui permettre de suivre totalement les intuitions du Fondateur. Plus aucune limite à l’annonce de Jésus Christ aux démunis.

    Sur les armoiries de 1826 des mots qui vont demeurer : « Evangelizare pauperibus misit me », ajoutés à « Pauperes evangelizantur ». (*)

    Dans un sentiment de gratitude envers ces pauvres qui nous évangélisent, travailler encore et toujours à leur faire connaître Jésus Christ, ne voilà-t-il pas la vocation des missionnaires Oblats et de leurs Associés ?

    (*)http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=6&vol=1&let=A&ID=36

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *