QUI EST SAINT EUGÈNE? UN JEUNE, TRANSFORMÉ PAR SA RENCONTRE AVEC JÉSUS CHRIST

À 24 ans, il commence une lente évolution spirituelle, et un Vendredi Saint, la grâce va changer sa vie:

J’ai donc cherché le bonheur hors de Dieu, et je n’ai trouvé hors de lui qu’affliction et chagrin.
Heureux, mille fois heureux qu’il ait, ce bon Père, malgré mon indignité, déployé sur moi toute la richesse de ses miséricordes…
Quelle plus glorieuse occupation que de n’agir en tout et pour tout que pour Dieu, que de l’aimer par-dessus tout, que de l’aimer d’autant plus qu’on l’a aimé trop tard.

Notes de retraite, décembre 1814, E.O. XV n.130

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à QUI EST SAINT EUGÈNE? UN JEUNE, TRANSFORMÉ PAR SA RENCONTRE AVEC JÉSUS CHRIST

  1. Denyse Mostert dit :

    Changement de cap…

    De retour en France, il suffira de deux ans à Eugène de Mazenod pour se rendre compte que la recherche d’une « demoiselle qui lui convienne » est chose ardue, qu’il n’est « pas à sa place » dans les salons d’Aix et que les mondanités lui laissent au cœur une vacuité débilitante. En 1804 déjà, il voit assez clair en lui pour écrire à M. de Mazenod : « Je sens que je ne suis pas à ma place, et j’enrage de voir s’écouler mes plus belles années dans une oisive obscurité. »

    Le fils du Président de Mazenod n’est pas homme à « enrager » bien longtemps. Les enseignements de Don Bartolo Zinelli n’ont pas été vains et la Providence attendait son heure. Curieux paradoxe que ce jeune homme à la piété sans aucun doute occultée par l’agitation mondaine en vienne à réaliser la cause première de son mal de vivre ! « J’ai donc cherché le bonheur hors de Dieu, écrira-t-il plus tard, et je n’ai trouvé hors de lui qu’affliction et chagrin. »

    Dans ses notes de retraite de 1814, revenu sur le chemin parcouru il conclura : « Heureux, mille fois heureux qu’il ait, ce bon Père, malgré mon indignité, déployé sur moi toute la richesse de ses miséricordes… »

    Qui n’a pas connu de ces périodes étourdissantes qui ne laissent en nous que désenchantement ? N’est-ce pas là signe de la présence divine qui va nous conduire à un changement de cap fait sur mesure pour chacun de nous ?

  2. Nicole Rhéaume, o.s.c. dit :

    Ce jeune homme qui prenait le chemin de tout le monde, a vite compris que le bonheur n’y était pas. Heureux est-il de s’être rappelé les bons enseignements reçus de Don Zinelli et d’avoir eu le courage de quitter toutes ces vanités pour entrer une fois pour toutes dans l’unique chemin qui conduit au Royaume. Puisse-t-il à son tour aider les jeunes à voir clair dans leur vie si souvent mouvementée et à recevoir les lumières dont ils ont besoin pour changer de cap et se mettre à la recherche de l’unique nécessaire, Dieu, dans son évangile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *