21 MAY 1861 – COMMÉMORER LA MORT DE NOTRE FONDATEUR

La veille de sa mort, Eugène a confié ce message à sa famille Oblate:

Dites-leur bien que je meurs heureux… que je meurs heureux de ce que le bon Dieu a daigné me choisir pour fonder dans l’Église la Congrégation des Oblats..

Et il a suivi:

Pratiquez bien parmi vous la charité… la charité… la charité… et au dehors, le zèle pour le salut des âmes

Joseph Fabre, Lettre circulaire 1861

La Congrégation des Oblats et l’Archidiocèse de Marseille se sont réuni à la tombe de St Eugene pour commémorer le 150ème anniversaire de sa mort. L’actuel successeur en tant que supérieur général a rappelé:

Pour nous, les Oblats, saint Eugène était un homme passionné avec un grand amour pour Jésus-Christ, pour l’Eglise et pour les pauvres, trésors qu’il partagea avec le peuple de Marseille pendant trente-sept ans, comme vicaire général, puis comme évêque.
Dans le même temps, il a été Supérieur général des Missionnaires Oblats et a guidé cette congrégation grandissante depuis la maison épiscopale, de l’autre côté de la rue.
C’est de cette même ville qu’il nous a envoyés pour prêcher l’Evangile dans le monde… Nous, Oblats, sommes fiers de continuer à suivre son inspiration dans près de soixante-dix pays, avec plus de quatre mille missionnaires et de nombreux laïcs associés..

P. Louis Lougen OMI

Pendant la messe, durant son homélie, le successeur actuel d’Eugène en tant qu’Evêque de Marseille a dit:

Mgr de Mazenod était animé par la passion d’annoncer l’Évangile du Christ. C’est par le chemin de la rencontre des plus pauvres que le Christ est venu à lui et l’a attaché à Lui. Il en a fait un apôtre infatigable.
En cela il est un modèle pour nous.
Que la passion de l’Évangile nous habite ! Qu’elle nous conduise vers les plus pauvres d’aujourd’hui en Église…

Mgr Georges Pontier

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 21 MAY 1861 – COMMÉMORER LA MORT DE NOTRE FONDATEUR

  1. Denyse Mostert dit :

    21 mai 1861

    Curieusement ce récit de la mort du Fondateur ne suscite en moi aucune tristesse. Il m’apparaît au contraire comme l’apothéose d’une vie terrestre où Dieu et les pauvres furent premiers servis.

    « Quand [Eugène de Mazenod] meurt, le 21 mai 1861, il donne l’impression d’un homme en pleine possession de lui-même, conscient d’avoir rempli la mission que le Seigneur lui a confiée et désireux d’accomplir jusqu’au bout sa sainte volonté. » (*)

    C’est un départ qu’on peut dire fait sur mesure pour le grand croyant et le père aimant qu’il a été toute sa vie. « Je meurs heureux, dira-t-il, de ce que le bon Dieu a daigné me choisir pour fonder dans l’Église la Congrégation des Oblats… » Vient ensuite ce qui fut le leitmotiv de toute sa vie : « Entre vous la charité… et au dehors, le zèle pour le salut des âmes ». Eugène on le sait s’endormira au chant du « Salve Regina ». Marie elle-même à laquelle il a confié ses Oblats sera présente à son dernier souffle.

    « Sa mort est une mort d’amour, non pas dans l’extase de la contemplation, mais dans l’attitude du bon serviteur qui tient à faire jusqu’au dernier moment la volonté de son Seigneur. » (*)

    Une mort dont on se souvient le cœur brûlant. Saint Eugène continue à veiller sur l’œuvre commencée le 25 janvier 1816. Ce qui fera dire au P. Louis Lougen, Supérieur général : « Nous, Oblats, sommes fiers de continuer à suivre son inspiration dans près de soixante-dix pays, avec plus de quatre mille missionnaires et de nombreux laïcs associés..

    (*) http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=10&vol=1&let=M&ID=1114Le 25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *