À MESURE QUE J’APPROCHE DU SACERDOCE, JE PRIE MARIE DE ME PRENDRE SOUS SA PROTECTION

La dernière étape avant son ordination à la prêtrise était l’ordination au diaconat. Durant son temps de prière avant de recevoir le diaconat, pleinement conscient de son indignité, il invita Marie à l’accompagner et à intercéder pour lui.

S’il est possible, je ne lasserai pas passer un seul jour sans me dire que plus je vais, plus je m’approche du sacerdoce; et, reconnaissant que tout me manque pour recevoir dignement cet ordre sublime, je m’humilierai profondément devant Dieu, m’avouant coupable de n’avoir pas correspondu aux avances que sa bonté infinie avait bien voulu me faire, et suppliant cette grande miséricorde qui m’a toujours couvert de son ombre, d’oublier mes infidélités, de fortifier et confirmer mes résolutions, et de répandre de nouveau sur moi avec plus d’abondance encore, s’il est possible, sa grâce et ses bienfaits, en ne permettant pas que j’en abuse comme par le passé.
Enfin, je supplierai la t. ste Vierge de me prendre sous sa protection et d’intercéder pour moi.

Retraite de préparation pour son ordination au diaconat, Mai 1811. EO XIV, n. 85

 

« Ce fut aussi l’expérience de la Vierge Marie. Au message de l’ange, elle ne cache pas sa surprise. C’est l’étonnement de réaliser que Dieu, pour devenir un homme, l’avait choisie, elle, la simple servante de Nazareth : non pas quelqu’une qui vivait dans un palais, parmi les puissants et les riches, ou qui avait fait des choses extraordinaires, mais tout simplement quelqu’une qui était ouverte à Dieu et mettait sa confiance en Lui, sans même tout comprendre : … Dieu nous surprend toujours, Il renverse nos catégories, Il perturbe tous nos plans. Et Il nous dit : Fais-moi confiance, n’aie pas peur, permets-toi d’être étonné, laisse en arrière ton être et suis-moi! »   Le Pape François

This entry was posted in JOURNAL and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to À MESURE QUE J’APPROCHE DU SACERDOCE, JE PRIE MARIE DE ME PRENDRE SOUS SA PROTECTION

  1. Denyse Mostert says:

    Mai 1811 – Préparation au diaconat

    En se préparant à recevoir le diaconat, dernière étape avant la prêtrise, Eugène de Mazenod réalise combien est proche le temps où il sera prêtre, prêtre de Jésus Christ. Perspective inouïe dont il mesure toute la profondeur. Et il prend conscience de son indignité. « Tout me manque pour recevoir dignement cet ordre sublime », reconnaît-il. Se reconnaître indigne, mais non s’affoler. Le Seigneur est là qui va lui indiquer le chemin.

    Et Eugène a cette demande qu’il sait déjà exaucée. “Je m’humilierai profondément devant Dieu… [le suppliant] de répandre de nouveau sur moi avec plus d’abondance encore, s’il est possible, sa grâce et ses bienfaits…”

    Ces mots n’évoquent-ils pas une autre prière ? Celle de Marie de Nazareth reconnaissant « les merveilles » de Dieu pour elle, son « humble servante », la jeune fille dont le oui va engager toute la vie, celle que tous les peuples proclameront « bienheureuse »…

    “Enfin, je supplierai la très sainte Vierge de me prendre sous sa protection et d’intercéder pour moi”, termine Eugène. Jamais confiance ne fut mieux placée. La mère de Jésus sera toujours présente pour le Fondateur et les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée.

    « Dieu nous surprend toujours, Il renverse nos catégories, Il perturbe tous nos plans. Et Il nous dit : Fais-moi confiance, n’aie pas peur, permets-toi d’être étonné, laisse en arrière ton être et suis-moi! », a dit le Pape François. Voici toute l’expérience de Marie. Voici pourquoi nos pensées doivent se tourner vers elle avec confiance devant les appels parfois bien imprévus de Dieu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *