PRÊCHEZ AVEC SIMPLICITÉ DE FAÇON À CONVERTIR, ET NON À PLAIRE

Eugène encourage ses missionnaires dans leur style de prédication modeste en notant comment ils sont aimés par le petit peuple qui apprécie la proximité des Oblats vis-à-vis d’eux.

J’ai reconnu avec la plus douce des consolations que tous les gens de bien et surtout ceux qui marchent avec simplicité devant Dieu sont très attachés à leurs missionnaires. N’importe que certains orgueilleux veuillent que l’on chatouille leurs oreilles par des sons profanes: c’est ainsi que j’appelle certains discours qui plaisent et qui ne convertissent pas.
Tenons ferme à notre système qui est puisé dans la vérité et que le bon Dieu daigne sanctionner par sa grâce.

Lettre à Pierre Mie, 19 septembre 1825, EO VI n. 198

 

« Il est inutile d’aller prêcher quelque part à moins que notre démarche soit notre prédication. »     François d’Assise

This entry was posted in LETTRES and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to PRÊCHEZ AVEC SIMPLICITÉ DE FAÇON À CONVERTIR, ET NON À PLAIRE

  1. Denyse Mostert says:

    1825.
    Rappelons-nous du Carême 1813, de la première prédication en provençal, des remous qu’elle avait suscités et de l’étonnement joyeux de ceux qui avaient enfin pu comprendre ce que voulait dire la Parole.

    À ce sujet, le Fondateur n’a pas changé. En 1825, il fait part de ses observations au P. Mie, alors supérieur à Notre-Dame-du-Laus. (On sait de ce dernier qu’ » il exprimait la doctrine de l’Église, en dogme comme en morale, avec une simplicité, une clarté, une exactitude de langage et avec une suite et un enchaînement de propositions si parfaits, que les esprits inintelligents et les plus grossiers comprenaient tout son discours…») (*)

    Eugène lui fait remarquer que «certains orgueilleux, veulent que l’on chatouille leurs oreilles par des sons profanes ». En somme, une prédication qui plaît à certains érudits et en général ne demande pas grand effort de conversion…

    Mais peut-on dire de ces excellents orateurs qu’ils invitent à retrouver vraiment le chemin de l’Évangile ? Qu’ils ces missionnaires envers qui « tous les gens de bien et surtout ceux qui marchent avec simplicité devant Dieu sont très attachés… » ?

    Ne nous prenons pas d’autres. Tout le monde ne peut certes se faire prédicateur. Mais notre quotidien peut être le moyen privilégié de « faire connaître et aimer Jésus Christ. » Et de nous laisser entraîner à notre tour par tous ceux qui font de leur vie, parfois sans bien le savoir eux-mêmes, un hymne à l’amour.

    (*) http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=6&vol=1&let=M&ID=334

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *