PRIÈRE, INSTRUCTION, JEUX

La restauration de la monarchie permit à la Congrégation de la Jeunesse de sortir en publique. Ici Eugène donne une idée de leurs activités sur leurs jours de réunion:

Nous avons commencé aujourd’hui à profiter de ces avantages en célébrant les saints Mystères dans la chapelle qui sera désormais l’oratoire de la Congrégation, et en faisant précéder et suivre le Sacrifice de la récitation de l’Office de la très sainte Vierge.
Voici l’ordre qui a été suivi et qui est adopté pour la suite. Les congréganistes étant réunis dans la chapelle à l’heure fixée par le règlement, le Préfet entonne Matines après lesquelles M. le Directeur fait l’instruction qui est suivie de Laudes.
Après Laudes la Messe, puis les petites heures qui couronnent les exercices du matin.
 L’après-dîner on se réunit de nouveau pour dire Vêpres de la sainte Vierge, et pour assister à la lecture et à l’explication qui en est faite par M. le Directeur.
Le reste du temps jusqu’à la nuit a été employé aux jeux.

Journal de la Congrégation de la Jeunesse, le 15 mai 1814, E.O. XVI

This entry was posted in JOURNAL and tagged , . Bookmark the permalink.

2 Responses to PRIÈRE, INSTRUCTION, JEUX

  1. Denyse Mostert says:

    « Nous avons commencé aujourd’hui à profiter de ces avantages en célébrant les saints Mystères dans la chapelle qui sera désormais l’oratoire de la Congrégation… » Quelques mots dont la sobriété en dit long sur la joie du pasteur et la jubilation des membres de la Congrégation !

    Juste à me rappeler cette journée de 1945 où les gens de mon village en Belgique ont pu se rendre à l’église sans craindre un bombardement toujours possible ! Le retour à la paix avait les allures d’un rêve duquel on avait peur de s’éveiller. C’était surtout une immense action de grâce pour la paix enfin revenue en même temps qu’une prière intense pour tous ceux-là qui avaient laissé leur vie dans cette guerre interminable. Sentiments mitigés de joie et tristesse auxquels mes neuf ans ont intensément communié.

    « N’y entre pas qui veut… », avait auparavant déclaré Eugène lorsqu’il parlait des parents désireux de voir leurs jeunes entrer dans la Congrégation de la Jeunesse. Cette déclaration prend tout son sens à la lecture du règlement de cette journée mémorable consignée dans le Journal de la Congrégation,. Eugène le décrit d’ailleurs comme «un ordre suivi et adopté pour la suite ».

    En tant que mère de quatre fils, le temps consacré au côté spirituel m’a paru un tant soit peu exagéré, pour ne pas dire impossible à vivre pour des adolescents remplis de la fougue de la jeunesse. Force m’est de constater que le “Dieu de l’impossible” était à l’œuvre et le charisme d’Eugène bien agissant.

    Qu’admirer le plus ? La motivation profonde et la persévérance des « Congréganistes » qui acceptent un emploi du temps à saveur monastique ? Ou encore la foi, la charité et la persévérance du prêtre qui s’est faite assez éloquente en actes et en paroles pour leur montrer un Jésus Christ qu’il fait bon suivre ? Choix impossible à faire pour ma part. Tous méritent la même admiration.

  2. Denyse Mostert says:

    À ce moment de l’histoire de la Congrégationde la Jeunesse, ne serait-il pas “juste et bon” d’en savoir une peu plus sur les collaborateurs qui ont oeuvré avec Eugène auprès des jeunes ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *