ACTION DE GRÂCE À DIEU QUI N’EST JAMAIS SOURD À LA PRIÈRE DE CEUX QUI METTENT TOUTE LEUR CONFIANCE EN LUI

 Un acte public d’action de grâces pour la guérison d’Eugène :

Le 3 mai, jour de l’Invention de la sainte Croix, je convoquai tous les congréganistes dans l’église de Sainte-Madeleine pour y assister à la Messe que j’y devais dire pour eux à l’autel de la Croix. (Je disais la sainte Messe chez moi depuis le 20 avril).
Avant de commencer le Sacrifice, je leur adressai quelques paroles que mon cœur me dicta et qui furent comprises par les leurs et qui nous excitèrent également à nous acquitter le plus saintement que nous pûmes, pendant les saints Mystères, des devoirs d’amour et de reconnaissance dont nous étions redevables à Dieu, père de miséricorde, qui n’est jamais sourd à la prière de ceux qui mettent en lui toute leur confiance: il n’a point oublié le cri des affligés (Ps 9,13).

 Journal de la Congrégation de la Jeunesse, le 3 mai 1814, E.O. XVI

This entry was posted in JOURNAL and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to ACTION DE GRÂCE À DIEU QUI N’EST JAMAIS SOURD À LA PRIÈRE DE CEUX QUI METTENT TOUTE LEUR CONFIANCE EN LUI

  1. Denyse Mostert says:

    Ces petits événements généralement qualifiés de coïncidences, il m’arrive des fois de les considérer comme prophétiques. Ainsi, dans le commentaire d’hier, j’écrivais des jeunes de la Congrégation de la Jeunesse qu’ils « nous disent combien les plus démunis peuvent revêtir des visages différents selon le monde dans lequel ils vivent… et être sauvés par une attitude toute d’amour ».

    Et voici qu’un communiqué du Vatican m’apprend « l’intention générale de prière » de Benoît XVI pour le mois de novembre : « Pour que, grâce au soutien des communautés chrétiennes, les victimes de la drogue et de toute autre forme de dépendance trouvent dans la puissance de Dieu Sauveur la force de changer radicalement de vie. »

    Sans commentaires comme disent les hommes publics ! En effet aucun mot de plus n’est nécessaire pour y voir la confirmation de l’œuvre d’Eugène de Mazenod et le message pressant pour nous, Oblats de Marie Immaculée et Associés d’apporter empathie et amour à ceux-là spécialement qui vivent leur difficile recherche d’un paradis, fut-il parfois, artificiel.

    Ils ont besoin de nous pour les aider à recouvrer estime d’eux-mêmes, confiance et beaux projets de vie. Et nous avons besoin d’eux pour équilibrer un avenir où les désirs profonds et beaux de l’être humain trouveront leur place.

    Une tâche trop lourde pour nos capacités ? Humainement oui. Mais si nous recourions nous aussi au « grand Modérateur » à ce Dieu pour qui rien n’est impossible lorsqu’il s’agit de la réalisation harmonieuse de ses enfants ? Nous avancerions alors avec sérénité, certains que « le verre d’eau » donné au nom du Christ ne restera pas sans effet.

    Notre « intention de prière » pour novembre pourrait bien se résumer à demander la persévérance de continuer, jour après jour, un apostolat dont les résultats nous paraissent parfois bien lents à se manifester.

    Ne s’agit pas là des « devoirs d’amour et de reconnaissance » dont nous sommes nous aussi « redevables » à Dieu ?

    Alors nous pourrons faire de nos journées une « action de grâce à Dieu qui n’est jamais sourd à la prière de ceux qui mettent toute leur confiance en lui».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *