L’IDENTITÉ DE LA FAMILLE MAZENODIENNE : LE FAIT D’AVOIR LES MÊMES ATTITUDES QUE CELLES DE JÉSUS

Poursuivant sa présentation de la vocation du Missionnaire, Eugène réfléchissait sur la façon de maintenir l’esprit du modèle apostolique dans la vie de chaque jour:

il doit donc mettre tout en œuvre pour parvenir à cette sainteté désirable qui doit produire de si grands effets. Ce que nous avons trouvé le plus propre pour nous aider à y arriver, c’est de nous rapprocher le plus que nous pourrons des conseils évangéliques, observés fidèlement par tous ceux qui ont été employés par Jésus-Christ au grand œuvre de la rédemption des âmes.
C’est ce qui nous a déterminés à mépriser les honneurs et à détester les richesses qui sont la pierre d’achoppement d’un trop grand nombre de prêtres qui rendent par là leur ministère infructueux et mettent en danger leur salut.

Lettre à M. Viguier, le 6 janvier 1819, E.O. VI n 38

Les « conseils évangéliques » sont les attitudes de la façon de vivre de Jésus que l’on trouve dans l’Évangile. L’engagement total de Jésus envers sa mission salvifique était exprimé par le biais de sa vie de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Ses apôtres ont vécu du même esprit, et ainsi les Missionnaires se sont engagés envers ces valeurs en prononçant des vœux. Exprimant ainsi les conseils évangéliques en d’autres mots:

Ayez entre vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus : Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes. S’étant comporté comme un homme, il s’humilia plus encore, obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix !     Philippiens 2 :4-8

 

« Car c’est seulement si nous-mêmes, en tant qu’adultes, nous agissons et avons notre être dans l’état de l’amour, que nous pourrons être des modèles appropriés et des guides pour nos enfants. Ce que nous sommes enseigne à l’enfant beaucoup plus que ce que nous disons, et alors nous devons être ce que nous voulons que nos enfants deviennent. » Chilton Pearce

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’IDENTITÉ DE LA FAMILLE MAZENODIENNE : LE FAIT D’AVOIR LES MÊMES ATTITUDES QUE CELLES DE JÉSUS

  1. Denyse Mostert dit :

    Rien de plus logique. Vivre selon le modèle des Douze signifie d’abord avoir répondu à l’appel de Jésus, le suivre dans son ministère, découvrir petit à petit ce qu’il est vraiment, pour enfin adopter résolument sa manière d’être.

    Vivre à la manière du Christ ! Si grand qu’en soit le désir, il ne conduit automatiquement à la sainteté telle qu’on l’envisage, ni les apôtres, ni les Missionnaires de Provence, ni d’ailleurs tous ceux qui tentent de faire de Jésus Christ le pôle de leur vie.

    Connaissant la fragilité humaine, il n’impose rien. Simplement il propose. C’est tels que nous sommes que nous pouvons accepter de suivre son exemple. La grâce de Dieu fera le reste.

    La « sainteté désirable qui doit produire de si grands effets » à laquelle tient tellement notre Fondateur n’est-elle pas en somme «de nous rapprocher le plus que nous pourrons des conseils évangéliques » ?

    Voie cependant moins simple qu’il n’y paraît où il faut apprendre à faire la part des choses quitte à sabrer dans honneurs et richesses aliénants.

    À travers la sérénité de nos vies désencombrées, les autres pourront alors entrevoir le Maître et désirer eux aussi se mettre à son école.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *