NOTA BENE : L’ÉCOLE DE JÉSUS

Dans sa règle, Eugène partage sa vision enthousiaste qui embrasse le monde entier. Le chemin pour « faire advenir » cet idéal est de faire ce que Jésus a fait.

Employez, en un mot, les mêmes moyens que notre Sauveur employa, lorsqu’il voulut convertir le monde; vous aurez les mêmes résultats.

Regardant ce que Jésus a fait, Eugène commence « en premier lieu à former un groupe » sur le modèle du groupe que Jésus avait formé avec les apôtres. Jésus avait donné aux apôtres un idéal, centré sur le Royaume de Dieu qu’ils étaient incapables de comprendre pleinement, et une charge universelle qui était bien au delà de leurs capacités de compréhension. Pour cela, ils avaient besoin d’être continuellement formé par le Saint Esprit à « l’école de Jésus ».

Que fit Notre Seigneur Jésus Christ? Il choisit un certain nombre d’apôtres et de disciples, qu’il forma à la piété, qu’il remplit de son esprit; et après les avoir dressés à son école et à la pratique de toutes les vertus, il les envoya à la conquête du monde, qu’ils eurent bientôt soumis à ses saintes lois.

Les Missionnaires sont les co-opérateurs du Sauveur, partageant sa vision du Royaume, et ils devaient constamment s’ouvrir aux défis d’une société en mutation afin d’agir de façon efficace.

Que devons-nous faire à notre tour pour réussir à reconquérir à Jésus Christ tant d’âmes qui ont secoué son joug?

Eugène a défini les Missionnaires comme un groupe « qui vivent ensemble et qui s’efforcent d’imiter les vertus et les exemples de notre Sauveur Jésus-Christ. » En reformulant cela à la lumière du modèle apostolique, il dit :

Travailler sérieusement à devenir des saints; marcher courageusement sur les traces de tant apôtres qui nous ont laissé de si beaux exemples de vertus dans l’exercice d’un ministère auquel nous sommes appelés comme eux…

Règle de 1818, Chapitre premier §3 Nota Bene. Missions, 78 (1951) p. 15

 

« Dans leur essence, que sont les disciples ? Ils sont Jésus lui-même qui continue ses actions. Ils ne sont pas les répétiteurs de ce qu’ils ont entendu, mais ils sont les actions de Jésus qui croissent et continuent. »        C.M. Martini

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à NOTA BENE : L’ÉCOLE DE JÉSUS

  1. Denyse Mostert dit :

    Pour Eugène de Mazenod une seule ‘’recette’’ pour rendre fécond l’apostolat des Missionnaires de Provence : « Employez, en un mot, les mêmes moyens que notre Sauveur employa lorsqu’il voulut convertir le monde; vous aurez les mêmes résultats.»

    «Que fit [donc] Notre Seigneur Jésus Christ? » Les Évangiles nous le montrent appelant « un certain nombre d’apôtres » leur apprenant le Père et son Royaume où l’amour est toujours premier. » Puis, continue le Fondateur, « il les envoya à la conquête du monde, qu’ils eurent bientôt soumis à ses saintes lois ».

    Le monde « bientôt soumis [aux] saintes lois », voici qui me laisse perplexe. Eugène prend-il ses désirs pour la réalité ? Ses récentes et douloureuses expériences lui permettent-elle d’oublier les mille et uns obstacles rencontrés dès les tout débuts par l’annonce de la Bonne Nouvelle et qui se sont continués tout au cours des siècles ?

    Je pense que c’est dans le domaine de la foi qu’il faut chercher la réponse. Et qu’Eugène, cet homme hors du commun entrevoit à la mesure de sa sainteté la victoire de la Croix sur le mal. Jésus est mort. Et puis le voici vivant et victorieux déjà en tous ceux qui acceptent de poser leur petite pierre à la construction du Royaume.

    Jésus lui-même ne disait-il pas : « Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous. » (Lc 17.22)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *