LA COMMUNAUTÉ DOIT ÊTRE UNIE AVEC CEUX QUI SONT EN MISSION AU DEHORS

« C’est dans la communauté à laquelle nous appartenons et par elle, que nous accomplissons notre mission. » (Règle de vie oblate. Constitution 37)

Tandis qu’une partie de la communauté était en train d’évangéliser au-dehors, l’autre partie soutenait la mission par sa prière et l’unité d’esprit. La lettre ci-dessous montre comment la communauté des Missionnaires nouvellement née vivait cela en 1816 : tandis qu’Eugène et les autres poursuivaient la mission paroissiale à Grans, Tempier était à Aix, appuyant leur mission – et étant appuyé par eux dans ce qu’il faisait.

…Tout en union de notre cher et bon frère Tempier, même le sacrifice que nous faisons en différant de huit jours d’aller le rejoindre…
Si vous ne priez pas pour nous, nous sommes mal campés…

Eugène continue en partageant les nouvelles du progrès de la mission de Grans. Nous voyons ici quelque chose qui arrivait assez régulièrement durant leur prédication de la mission. C’était la pratique d’étendre la longueur de la mission de façon à assurer que chacun eût la chance de se confesser. Parfois tous les missionnaires étaient en mesure de rester (comme c’était le cas à Grans) ou bien l’un d’eux restait derrière.

… en conscience, nous ne pouvons pas laisser notre ouvrage imparfait; c’est énorme le nombre d’hommes que nous aurions laissés au croc, si nous avions fini le jour fixé. C’est en considération de ces hommes que nous prolongeons nos travaux jusqu’au troisième dimanche du carême….
Le bien va son train; le blasphème est banni de l’endroit. Les habitants ne savent comment ce prodige s’est opéré, car il n’y avait pas de pays où il fut plus fréquent.
Pour nous, nous ne finissons pas de confesser; nous en prenons à toute sauce…

Lettre à Henri Tempier, le 11 mars 1816, E.O. VI n. 11

This entry was posted in LETTRES and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to LA COMMUNAUTÉ DOIT ÊTRE UNIE AVEC CEUX QUI SONT EN MISSION AU DEHORS

  1. Denyse Mostert says:

    Pour Eugène de Mazenod, le mot ‘communauté’ prend tout son sens. « C’est dans la communauté à laquelle nous appartenons et par elle, que nous accomplissons notre mission. », lit-on dans les Constitutions.

    Une communication ouverte ne peut que renforcer unité entre les membres et fruit de l’œuvre missionnaire. «À mesure que grandit entre eux la communion d’esprit et de coeur, les Oblats témoignent aux yeux des hommes que Jésus vit au milieu d’eux et fait leur unité pour les envoyer annoncer son Royaume» (C 37). (*)

    Fin de mission à Grans. « Le bien va son train » écrit Eugène au P. Tempier. Il le va même si bien que le le séjour va être prolongé de quelques jours afin de ne pas laisser un travail « imparfait ». Un mot est envoyé à l’intention des confrères demeurés à Aix à travers lequel se lisent l’affection fraternelle et l’importance pour tous de vivre en communion les aléas de la vie missionnaire.

    Cela se passait en 1816. Et cela reste vrai à notre époque ouverte comme jamais sur les contacts avec le monde entier. La communication-communion source d’amitié et de réalisations solides a toujours sa place à laquelle il nous faut donner toute l’importance qui lui est due.

    (*)http://www.oblats.qc.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *