LES MISSIONS PAROISSIALES: C’EST LE SAUVEUR LUI-MÊME QUI DOIT PARLER À TRAVERS SES COOPÉRATEURS

Aujourd’hui, voilà ce qu’il est demandé aux membres de la famille Mazenodienne:

C’est en missionnaires que nous louons le Seigneur selon les inspirations diverses de l’Esprit: nous portons devant Lui le poids quotidien de notre souci pour les gens à qui nous sommes envoyés (cf. 2 Co 11, 28). Toute notre vie est prière pour que le Règne vienne en nous et par nous.

Constitution 32

Nous en trouvons la source dans les écrits d’Eugène : c’est clairement le Sauveur qui doit parler à travers ses coopérateurs, et  ils doivent en être conscients en tout temps et le mettre en pratique.

La Règle de 1818 spécifie qu’à partir du moment où les Oblats avaient été assignés à une mission particulière, ils devaient commencer par prier pour le salut des habitants de cette ville. Le jour précédant leur départ devait être un jour de retraite, et leur voyage à la ville devait être fait dans un esprit de recollection, conscients du fait qu’ils imitaient Jésus lors de ses voyages dans toute la Galilée. Chaque jour de la mission, ils étaient tenus de prier ensemble à certains moments.

Les missionnaires se lèveront à quatre heures. Ils n’emploieront qu’un quart d’heure pour s’habiller.
— Ils feront ensemble une demi-heure d’oraison.
— Ils diront la sainte messe tous les jours, à moins qu’il [s] n’aient ‘ de bonnes raisons pour s’en dispenser.
— Ils diront leur office à genoux devant le très saint Sacrement…
Immédiatement avant le dîner, ils feront quelque[s] minutes d’examen particulier, qui sera suivi des litanies à l’usage de la mission, et de l’Angélus.
Lorsque, à raison de la saison ou du concours, on n’aura pas pu faire l’oraison le matin, on ne se dispensera jamais de la faire avant l’examen particulier.

Règle de 1818, Chapitre deuxième §2

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LES MISSIONS PAROISSIALES: C’EST LE SAUVEUR LUI-MÊME QUI DOIT PARLER À TRAVERS SES COOPÉRATEURS

  1. Denyse Mostert dit :

    La Règle de 1818 dans sa rigueur quasi monastique, doit être parfois difficile à respecter pour les hommes en pleine action que sont les Missionnaires de Provence.

    C’est pourquoi « [ce texte]contient donc déjà la substance des rédactions postérieures; mais les archives conservent plusieurs manuscrits des années qui suivirent et qui témoignent d’un travail continu de correction et d’adaptation du premier texte. » (*)

    Finalement seule la lettre change, l’esprit, lui, demeure. Il est toujours essentiel pour les Oblats de Marie Immaculée, les Laïcs associés et pour tous ceux qui se réclament du Christ de prendre des moments d’intimité avec le Seigneur, de rester branchés sur son Évangile afin que leurs vies deviennent reflet des valeurs qui donnent à l’existence tout son sens.

    Nous pourrons alors donner à d’autres le désir de connaître ce Jésus Christ dont nous nous nous efforçons d’être les témoins.

    (*) Dictionnaire des Valeurs Oblates / Constitutions et Règles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *