LE MISSIONNAIRE: OBÉISSANCE

Afin d’être la « famille la plus unie » au monde, il fallait que tous les membres participent à cet idéal:

Chacun des membres prend envers elle celui de vivre dans l’obéissance au supérieur, et l’observation des statuts et règlements.
La Société est soumise à un supérieur élu à vie par les membres qui la composent, et approuvé par l’Ordinaire.

Demande d’autorisation adressée à Messieurs les Vicaires Généraux Capitulaires d’Aix,le 25 janvier 1816, E.O. XIII n.2

Chaque membre devait se laisser guider par la visée missionnaire et se montrer disposé à la mettre en pratique. Pour Eugène, les deux principes guides étaient toujours l’obéissance et la charité.

Obéissance envers Dieu, en vivant le charisme et le projet reçus de Dieu et transmis par le Fondateur. Le supérieur de la communauté était l’homme-clé, il était signe et responsable de la mise en pratique de l’unité afin que tous soient unanimes, dans la qualité de leur vie religieuse et leurs activités missionnaires.

Le 25 janvier 1816, le premier jour de notre existence comme société missionnaire, vivant en communauté, Eugène de Mazenod était élu Supérieur du groupe. Henri Tempier se rappelle :

D’une voix unanime et spontanée, nous le proclamâmes notre supérieur, malgré les réflexions qu’il nous communiquait pour décliner cette charge, car je crois que nous nous serions immédiatement séparés s’il en avait pu être autrement

Frs de P. H. Tempier, Mémoire: E.O. II-2, p. 181

This entry was posted in RÈGLE and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to LE MISSIONNAIRE: OBÉISSANCE

  1. Denyse Mostert says:

    Certes, les premiers Missionnaires de Provence sont animés du « zèle pour les âmes » qu’a su leur communiquer leur Fondateur. On ne peut non plus mettre en doute leur audace d’aller présenter un Jésus Christ sauveur et compatissant à tous ces pauvres, victimes du climat politique dont ils gardent bien des séquelles.

    Cependant il y a le temps qui use, les difficultés qui se révèlent plus importantes que prévu, la fatigue physique… Pour pailler le tout, nombre d’initiatives personnelles peuvent surgir qui semblent a priori plus opportunes les unes que les autres. Et qui peuvent être, dans le groupe de missionnaires, le point de départ de bien des controverses affaiblissantes et souvent inutiles.

    Toutes les énergies certes sont nécessaires, mais une énergie cohérente, dans une action commune toute tendue vers le but recherché par tous au départ. Et c’est dans la force de « la famille la plus unie au monde » que les Missionnaires de Provence doivent trouver les éléments susceptibles de les aider dans leur difficile mission.

    À cette famille, il faut une Règle commune qui va tendre à unifier les efforts. Il faut un Supérieur général au cœur aimant et attentif à chacun de ses fils. Eugène possède toutes les qualités requises.

    Quelles « réflexions » a-t-il bien pu évoquer « pour décliner cette charge » ? Quels arguments l’ont finalement décidé à l’accepter ? Peut-être s’est-il rappelé les mots qu’il adressait jadis au P. Henri Tempier : « Vous êtes nécessaire pour l’œuvre que le Seigneur nous a inspiré d’entreprendre » (*)

    Un compte-rendu souligne admirablement la nécessité dans laquelle il se trouvait de se plier aux suffrages : « D’une voix unanime et spontanée », il est proclamé Supérieur. Et le rédacteur du texte souligne : « … je crois que nous nous serions immédiatement séparés s’il en avait pu être autrement ». (**)

    Voici Eugène, investi de la charge redoutable de Supérieur général désormais ‘’signe et responsable de la mise en pratique de l’unité afin que tous soient unanimes dans la qualité de leur vie religieuse et leurs activités missionnaires.’’

    Difficile mais bienheureuse unité à laquelle il nous aspirer comme disciples de Jésus Christ dont ce fut l’ultime souhait avant de mourir.

    (*) Lettre à Henri Tempier, le 13 décembre 1815, E.O. VI n 7
    (**)Frs de P. H. Tempier, Mémoire: E.O. II-2, p. 181

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *