VA PLUS PROFOND QUE LE SIMPLE MOMENT PRESENT

Faisant la révision de sa vie durant sa retraite annuelle, Eugène commença en examinant ses devoirs comme chrétien et en mettant en lumière les points suivants:

L’examen de mes devoirs généraux de chrétien doit s’étendre sur tous les commandements de Dieu et de l’Église, sur les péchés capitaux, sur les mauvais penchants de la nature, sur les défauts dominants, sur les affections du cœur.

Les retraites annuelles des Oblats suivaient le principe et la méthode d’Ignace de Loyola, le fondateur des Jésuites. Nous saisissons un aperçu de cette approche dans la façon dont Eugène comprend qu’il ne suffit pas d’identifier ce qui est mauvais dans sa vie, mais qu’il a à en discerner les causes et les origines pour s’attaquer aux domaines de changement à leurs racines. Sans comprendre la racine de ce qui est mauvais, il serait difficile, sinon impossible de changer.

Il faut sur tous ces points remonter un peu plus haut que le temps présent afin de retrouver la racine des vices et la source de tous les dérèglements de l’esprit.

Examen de conscience, octobre 1826, EO XV n 157

Ensemble avec Eugène, répondons en enrichissant le moment présent d’une réflexion dans la prière sur les causes radicales de nos comportements.

 

“L’ignorance, racine et souche de tout mal.”      Plato

This entry was posted in NOTES DE RETRAITE and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to VA PLUS PROFOND QUE LE SIMPLE MOMENT PRESENT

  1. Denyse Mostert says:

    Examen de conscience, octobre 1826

    D’où Eugène de Mazenod a-t-il pris son goût pour la méthode et le principe des retraites ignaciennes ?

    Voici l’explication des Oblats de France. « Pendant son adolescence, à Venise, il y a été très marqué par don Bartollo Zinelli, mort en odeur de sainteté. Il a passé trois années sous la direction et dans la compagnie habituelle de ce Jésuite qui l’aimait comme un fils. (…) Plus tard, alors qu’il se posait la question de rentrer au séminaire, il a trouvé sur sa route à Marseille un autre Jésuite, le père Magy, un excellent accompagnateur et un bien saint homme. (…) ll avait un grand respect pour saint Ignace. D’ailleurs leurs deux chemins spirituels se ressemblent beaucoup : même attachement à la personne du Christ, même foi en un Dieu Sauveur de tous les hommes, même place accordée à la Croix… » (*)

    D’où résolution d’Eugène pour son début de retraite : « …Remonter un peu plus haut que le temps présent afin de retrouver la racine des vices et la source de tous les dérèglements de l’esprit. » En effet, rien de tel qu’une révision de vie pour faire émerger les traits caractéristiques de chacun, ceux-là dont il faudra tenir compte à l’avenir pour éviter les manquements dont ils ont été jusque là à l’origine.

    « “L’ignorance, racine et souche de tout mal.” disait Platon. Rien de pire en effet que de se composer une innocence factice genre « je n’ai pas tué, je n’ai pas volé ». Ne risque-t-on pas de laisser alors dans l’ombre tant de manquements à la charité, inaperçus la plupart du temps mais offenses tout de même ? Chaque soir peut les révéler à ceux qui y consacrent un moment…

    (*)http://oblatfrance.com/index.php?id_page=59

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *