DEUX CENTS ANS PLUS TARD: L’INVITATION À RETRACER LA PRÉSENCE DE DIEU DANS NOTRE HISTOIRE

Alors de façon poétique, Eugène nous invite à relire les événements dans la perspective de Dieu:

Régulièrement le même sort nous était réservé. Mais la divine Providence qui dès notre berceau nous a entourés d’un soin vigilant, puis, en nous gardant à l’ombre de ses ailes, nous a protégés, a dirigé nos pas, et, dans sa bonté, a écarté les traits de nos adversaires, et qui, enfin, nous a inspiré de confier aux mains du Père de tous les chrétiens le souci de notre existence, l’ardeur qui nous presse de promouvoir la gloire de Dieu et le salut des âmes, le désir continuel dont nous brûlons pour notre propre perfection, en un mot le sort de notre pauvre Société naissante, la divine Providence, dis-je, a disposé toutes choses à la fois avec force et une grande douceur, de sorte qu’il nous a été permis de présager, dès la première audience du Saint-Père, la plus favorable des issues

Lettre à tous les Oblats, le 25 Mars 1826, EO VII n 232

 Aujourd’hui, chaque unité Oblate pourrait se faire l’écho de ces mêmes sentiments. Nos premiers missionnaires  – et chaque autre Oblat depuis ce temps – furent envoyés dans des endroits qui semblaient être des « portes fermées » et des obstacles insurmontables. Alors, le Dieu qui nous a aimés depuis notre naissance il y a 200 ans , a pris soin de nous, il nous a protégés et a guidé nos efforts – et il continue à le faire. Tous les membres de la famille Mazenodienne sont invités à relire notre histoire et à reconnaître la présence de Dieu en chaque événement.

 

“Apprends à rester en contact avec le silence en toi, et sache que chaque chose  dans la vie a un but. Il n’y a pas de fautes, ni de coïncidences : tous les événements sont des bénédictions qui nous sont données pour apprendre..”   Elisabeth Kubler-Ross

This entry was posted in LETTRES and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to DEUX CENTS ANS PLUS TARD: L’INVITATION À RETRACER LA PRÉSENCE DE DIEU DANS NOTRE HISTOIRE

  1. Denyse Mostert says:

    Rome – Lettre à tous les Oblats, le 25 Mars 1826

    ‘’Retracer la présence de Dieu dans notre histoire’’… voici qui me rappelle les « Exercices spirituels de Saint-Ignace dans la vie courante » selon le terme consacré à ceux qui les vivaient dans leur milieu habituel.

    Agréable à première vue, une incursion dans notre passé ! Cependant, relire sa vie, toute sa vie avec ses bons et mauvais côtés, n’est pas toujours facile. Il existe des périodes difficiles, des moments dont on n’a aucune raison d’être fier, qu’on préférerait laisser dans l’ombre. Ce sont eux pourtant qui, tout comme les temps de joie, constituent notre Histoire Sainte. C’est dans leur totalité qu’ils aideront à faire le lien entre vie ordinaire et foi.

    Eugène convie ses missionnaires à revoir les obstacles, à première vue infranchissables, qui semblaient rendre l’idée même d’une approbation de la Congrégation tout à fait impossible. On sait la suite et comment la protection divine s’est manifestée de façon indiscutable.

    Les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée de 2014 sont eux aussi invités à se pencher sur l’histoire de leur Congrégation aux deux siècles d’existence. Ils y rencontreront l’audace et la générosité de ceux qui les ont précédés au service des plus démunis. Et ils ne pourront qu’admirer la fidélité de tant d’Oblats qui, aujourd’hui encore, demeurent les témoins agissants de Jésus Christ.

    Mon histoire à moi se passe de commentaires. De la 2ième guerre mondiale à la Basilique Notre-Dame-du-Cap, la distance était énorme. C’est elle pourtant que j’ai franchie avec mon mari et nos fils. Faut-il appeler simple hasard le fait d’avoir été mis en contact avec les Oblats, trois jours après notre arrivée à Trois-Rivières ? Pour ma part, j’y reconnais la présence de Dieu qui me voulait là où je suis encore aujourd’hui.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *