MISSIONS PAROISSIALES: RENDRE SIMPLE CE QUI EST COMPLIQUÉ

Pendant que nous étions centrés sur le séjour d’Eugène à Rome, le texte d’aujourd’hui  nous rappelle qu’il continue encore à être engagé  dans les missions des Oblats en France. Le livre de cantiques a été régulièrement publié par les Oblats comme un instrument efficace pour leurs missions paroissiales.

Cf. http://www.eugenedemazenod.net/fra/?p=620 et http://www.eugenedemazenod.net/fra/?p=622

Il contient plusieurs sections, chacune comportant  un thème pour aider les gens à apprendre et comprendre leur foi en termes simples: 1/ Les hymnes chantées durant les missions en Provençal et en Français, – toutes orientées pour renforcer le thème du sermon et pour aider les gens à garder vivant l’enseignement catéchétique. 2/ Un résumé de la catéchèse. 3/ Les mots de la prière commune ainsi que des enseignements et des moyens pour prier en particulier.

Il faut faire approuver notre livre de cantiques par l’Évêque de Marseille et par celui de Nîmes, et nous servir de l’ancienne approbation de Mgr l’Archevêque. Vous feriez bien aussi de le faire approuver par l’Évêque de Fréjus. Si vous vous décidez à cela, il faudra lui dire que je vous ai chargé de présenter à son approbation ce livre déjà répandu dans son diocèse. Je crois qu’il suffira d’en tirer 2 000 exemplaires. J’espère que vous n’y aurez pas fait des changements capables de dérouter ceux qui ont les anciennes éditions. J’aurais voulu qu’on y mît les psaumes particuliers pour les vêpres des martyrs, des confesseurs et de la sainte Vierge pour la commodité de ceux qui n’ont que ce livre.

Lettre à Henri Tempier, le 9 Mars 1826, EO VII n. 229

Les Évêques des Diocèses où prêchaient les Oblats étaient consultés pour obtenir leur accord avec ce que contenait le livre des Cantiques.

 

“Rendre compliquées les choses simples, c’est commun. Rendre simple ce qui est compliqué, étonnamment simple, relève de la créativité.”   Charles Mingus

This entry was posted in LETTRES and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to MISSIONS PAROISSIALES: RENDRE SIMPLE CE QUI EST COMPLIQUÉ

  1. Denyse Mostert says:

    Rome, le 9 Mars 1826 – Lettre à Henri Tempier

    Après son rappel aux Oblats d’avoir à se rendre dignes de leur vocation, Eugène de Mazenod se réjouit de la mission commencée sous de bons auspices à Aubagne. De là à en arriver aux nouvelles approbations du ‘’livre d’hymnes et de cantiques’’ considéré à juste titre comme instrument salutaire aux missions, il n’y a qu’un pas.

    Édité la première fois en 1818, le manuel a depuis subi différentes transformations. Ceci semble être le souci du Fondateur. D’où le conseil bien net : « J’espère que vous n’y aurez pas fait des changements capables de dérouter ceux qui ont les anciennes éditions. » Et, une fois encore, sa pensée s’en va vers les plus démunis en la matière, «ceux qui n’ont que ce livre ». C’est pour eux qu’Eugène souhaite y voir figurer les psaumes particuliers pour les vêpres des martyrs, des confesseurs et de la sainte Vierge… »

    Nouveau ! Amélioré ! Voici des mots bien connus dans notre monde d’aujourd’hui ! « Tout nouveau, tout beau », dit-on parfois. Et l’expérience révèle que des effets qui semblent au départ bénéfiques, peuvent bien ne pas tenir le coup s’ils n’ont fait auparavant l’objet d’un sérieux discernement dans lequel on reconnaît l’intelligence, ce don de l’Esprit où volonté de Dieu et mouvement du cœur vont de pair.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *