CELUI-LÀ DONT LA FOI MONTRE IMMÉDIATEMENT QU’IL EST LE VICAIRE DE JÉSUS CHRIST

Vous devez être sans doute bien impatient, mon bien cher ami, de recevoir cette lettre qui, selon toute apparence, doit vous apprendre que j’ai eu le bonheur de voir notre Saint-Père le Pape, et contenir, par conséquent, les détails de cette mémorable audience. Eh bien! oui, mon cher ami, j’ai vu le Pape, non pas à une grande distance, comme l’autre jour à Saint-Pierre, ni pour quelques instants, mais à toucher et pendant plus d’une grosse demi-heure; et je dis peu, car quand je fais la récapitulation de tout ce qui s’est dit de part et d’autre, je suis tenté de croire qu’il a fallu près d’une heure pour en venir à bout.
Il m’est impossible de vous rendre un compte détaillé de ce qui s’est passé; vous vous contenterez de la substance…
Le Pape reçoit dans sa petite chambre à coucher. Il était assis sur un canapé, ayant devant lui un bureau sur lequel il s’appuyait. Je fis en entrant dans la chambre la première génuflexion d’usage, il n’y avait pas assez d’espace de la porte à la place où il était assis pour en faire une seconde, je me trouvai tout de suite à ses pieds que je n’essayai pas de baiser, soit qu’en m’inclinant profondément je ne les aperçusse pas, soit que, trop pénétré à l’aspect du Pontife, que ma foi me montra tout de suite comme vicaire de Jésus-Christ, je ne fisse attention qu’à la douceur et à la bonté de sa physionomie.

Lettre à Henri Tempier, 22 décembre 1825, EO VI n 213

 Dans son journal personnel, Eugène donnait des détails plus personnels :

 Sa Sainteté se tient dans sa petite chambre à coucher; elle m’a parue fort peu spacieuse. Près de l’alcôve, fermée par des rideaux de damas cramoisi, est un canapé sur lequel le pape était assis, s’appuyant sur un bureau qui était devant lui. On fait ordinairement trois génuflexions, je ne pus en faire qu’une: le pape me fit signe avec grâce d’avancer; je me mis à genoux à ses pieds et je me prosternai sans pouvoir baiser ses pieds, qu’il ne voulut pas apparemment avancer. Il me dit aussitôt de me relever; je ne le voulus pas; il insista, je le priai de permettre que je restasse à genoux, cette posture me convenant beaucoup. Il eut l’air d’y consentir avec peine; son visage me le témoigna autant que ses paroles, pleines d’amabilité et de douceur.

Journal romain, 20 décembre 1825, EO XVII

Ce contenu a été publié dans JOURNAL, LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à CELUI-LÀ DONT LA FOI MONTRE IMMÉDIATEMENT QU’IL EST LE VICAIRE DE JÉSUS CHRIST

  1. Denyse Mostert dit :

    22 décembre 1825 – Lettre à Henri Tempier

    « Le 20 décembre 1825, Léon XII reçoit Eugène de Mazenod. Ce dernier écrit au P. Tempier : « Il m’est impossible de vous rendre un compte détaillé de ce qui s’est passé; vous vous contenterez de la substance… ».

    L’enjeu de la rencontre n’a pas empêché Eugène d’en vivre intensément toute la profondeur. Du vicaire de Jésus Christ, il remarque d’abord « la douceur et… la bonté de la physionomie. »

    Le Journal romain du 20 décembre ajoute quelques détails savoureux. « On fait ordinairement trois génuflexions, je ne pus en faire qu’une: le pape me fit signe avec grâce d’avancer; je me mis à genoux à ses pieds et je me prosternai sans pouvoir baiser ses pieds, qu’il ne voulut pas apparemment avancer. Il me dit aussitôt de me relever; je ne le voulus pas; il insista, je le priai de permettre que je restasse à genoux, cette posture me convenant beaucoup. Il eut l’air d’y consentir avec peine… »

    Cette narration légèrement désinvolte ne donne-t-elle pas toute la mesure de l’émotion et surtout de la foi du Fondateur devant le Pontife de cette Église à qui il a voué sa vie ?

    Car rien n’a changé de ce qu’il écrivait en 1818 alors qu’il préparait la Règle pour la Congrégation naissante : «L’Église, ce bel héritage du Sauveur, qu’il avait acquis au prix de tout son sang, a été ravagée, de nos jours, d’une manière cruelle … Dans cet état déplorable, l’Église appelle à son secours les ministres auxquels elle a confié les plus chers intérêts de son divin Époux …» (*)

    (*)http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=10&vol=1&let=E&ID=1096

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *