DANS LA SALLE D’ATTENTE DU PAPE

Dès que l’audience est ouverte, entrent successivement ceux qui sont marqués ce jour-là pour travailler avec le Pape. Il ne vient point de Cardinaux, ni d’Ambassadeurs; entrent les uns après les autres ceux que le Saint-Père fait appeler par le maître de la Chambre. J’étais prévenu qu’il fallait s’armer de patience, parce que les affaires dont on lui rend compte sont quelquefois si multipliées qu’on n’en finit pas.
J’avais bon courage ce jour-là, quoique je fusse à jeun, et le gros sac violet de Mgr le Secrétaire des Brefs qui devait passer le premier ne put pas m’effrayer; je ne le fus pas davantage de celui tout aussi plein de Mgr le cardinal Pacca, préfet de la Congrégation des Evêques et Réguliers. Hélas! je pensai qu’un jour peut-être nous serions à notre tour couchés tout au long dans ce sac. Ils passèrent une heure chacun avec le Pape. Mgr l’Evêque aumônier, c’est-à-dire distributeur des aumônes du Pape, et le Père maître du sacré Palais avaient aussi ce jour-là leur audience fixe; ils ne furent pas longs. Qui appellera-t-on après eux? Le général des Dominicains , dont le ventre criait famine, aurait parié que ce serait lui; point du tout, ce fut moi.

Lettre à Henri Tempier, 22 décembre 1825, EO VI n 213

 Dans son Journal, Eugène décrit la scène :

Les audiences sont réglées jour par jour, j’entends de ceux qui doivent travailler avec le souverain. Pour que tout le monde le sache, il y a un tableau imprimé qui est affiché dans l’antichambre la plus voisine du cabinet de Sa Sainteté. C’est dans celle-là que je me tenais, en ma qualité de grand vicaire, qui est une sorte de prélature en Italie; on nous donne le titre de monseigneur. En attendant que ceux qui travaillent avec le Saint-Père eussent passé…, je fis connaissance avec monseigneur l’archevêque de Sienne qui, me reconnaissant pour Français à mon costume, s’approcha de moi pour causer un peu de la France où il avait été exilé du temps de Napoléon. Il ne se lassait pas de se louer de l’accueil qu’il avait reçu et de toutes les politesses qu’on lui avait faites. Le cardinal Pacca causa aussi avec moi et m’invita à retourner chez lui…
Je passai le premier de ceux qui n’avaient pas d’audience fixe, ce qui étonna un peu le révérend père général des Dominicains, qui tenait apparemment pour certain que son tour viendrait avant le mien; mais le Saint-Père m’ayant fait appeler le premier, j’obéis sans me faire prier.

Journal romain, 20 décembre 1825, EO XVII

 

« Quand vous faites confiance à Dieu, vous êtes en mesure d’être plus patient. La patience ne consiste pas seulement à attendre quelque chose… c’est plutôt comment on attend, ou votre attitude en attendant. »   Joyce Meyer

Ce contenu a été publié dans JOURNAL, LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à DANS LA SALLE D’ATTENTE DU PAPE

  1. Denyse Mostert dit :

    20 décembre 1825 – Journal romain
    22 décembre 1825 – Lettre à Henri Tempier

    Eugène de Mazenod attend maintenant d’être reçu par le Pape.

    Cela peut être long. Un homme averti, dit-on, en vaut deux. Eugène sait qu’il doit « s’armer de patience ». Et d’espoir. Si « le gros sac violet de Mgr le Secrétaire des Brefs qui devait passer le premier »… et « celui tout aussi plein de Mgr le cardinal Pacca préfet de la Congrégation des Evêques et Réguliers » ne l’impressionnent pas outre mesure, il a pourtant des mots où humour et impatience teintés d’espoir se devinent. « Hélas! je pensai qu’un jour peut-être nous serions à notre tour couchés tout au long dans ce sac… »

    Pour tromper le temps, il reste à échanger quelques mots avec les compagnons d’attente ou encore consulter le « tableau imprimé affiché dans l’antichambre la plus voisine du cabinet de Sa Sainteté ».

    Subitement le Fondateur entend son nom. Préséance plutôt rare pour un homme sans audience fixe… ce qui ne semble d’ailleurs pas faire le bonheur de tout le monde. Qu’importe ? Il note : « … Le Saint-Père m’ayant fait appeler le premier, j’obéis sans me faire prier. »

    Un homme de la trempe d’Eugène aurait pu s’inquiéter vraiment, piétiner sur place, se renfermer dans ses pensées… Au contraire, de ces moments qui auraient. pu être stériles, il profite pour lier connaissance avec ses compagnons. Des propos s’y échangent avec aisance, on raconte et on va même jusqu’à manifester le désir de se retrouver par après…

    Saint Eugène, patron de nos salles d’attente ? Pourquoi pas ? À se rappeler la première fois où notre patience sera mise à rude épreuve. Une attitude qui pourrait pailler un climat morose…Peut-être aussi devenir une occasion de témoigner de notre foi….

Répondre à Denyse Mostert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *