UNE SEULE CHOSE MANQUE

Les Missionnaires Oblats de saint Charles ainsi constitués se trouvent avoir en ce moment quatre maisons et un hospice. Ils font le service de six vastes diocèses. Ils sont chargés des hôpitaux d’Aix, des prisons de Marseille, des prisons d’Aix, du sanctuaire de Notre-Dame du Laus. Des évêques les appellent pour prendre la direction de leurs séminaires. Ils ont en outre la consolation de jouir de l’affection et de l’estime de leurs supérieurs et de leurs concitoyens.

Eugène montre au Pape comment le ministère des Oblats les « força hors de la boîte » des structures paroissiales, de façon à rejoindre les plus abandonnés – ceux que l’église locale ne rejoignait pas. C’est ce ministère envers les gens aux frontières de l’Église qui recueillait des critiques et rencontrait des difficultés – d’où le besoin d’être approuvés et protégés par le Pape.

(Pour l’appellation d’Oblats de St.Charles, voir : http://www,eugenedemazenod.net/?p=2283 )

Mais il leur manque encore ce qu’ils désirent avec le plus d’ardeur, ce que chacun d’eux sollicite avec les plus vives instances par l’organe de l’abbé de Mazenod leur supérieur, il leur manque encore l’approbation de Votre Sainteté.

Demande d’approbation présentée au Pape Léon XII, 8 décembre 1825, EO XIII n. 48

Aujourd’hui :

“ Par amour de l’Église, les Oblats accomplissent leur mission en communion avec les pasteurs que le Seigneur a placés à la tête de son peuple; ils acceptent loyalement, avec une foi éclairée, l’enseignement et les orientations des successeurs de Pierre et des Apôtres.”
CC&RR, Constitution 6

 

« Consultez non pas vos craintes mais vos espoirs et vos rêves. Ne pensez pas à vos frustrations, mais à votre potentiel inachevé. Ne vous occupez pas de ce que vous avez tenté sans le réaliser, mais de ce qu’il vous est encore possible de faire. »  Le Pape Jean XXIII

This entry was posted in ÉCRITS and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to UNE SEULE CHOSE MANQUE

  1. Denyse Mostert says:

    1825. Demande d’approbation présentée au Pape Léon XII.

    Il me semble voir le Fondateur révisant avec le plus grand soin des éléments qui vont décider du sort de ceux qui s’appellent pour l’heure « Missionnaires de Saint-Charles ».
    Le champ de leur apostolat auprès des plus abandonnés prend de l’expansion. Sur eux reposent désormais « quatre maisons et un hospice… service de six vastes diocèses… des hôpitaux d’Aix… des prisons de Marseille… d’Aix, du sanctuaire de Notre-Dame du Laus. » Ce contact avec « les périphéries », selon le mot du Pape François, n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. Autour d’eux, insinuations et tracasseries continuent à se faire entendre.

    Une seule solution. La reconnaissance papale qui viendra entériner les efforts des Missionnaires de Saint-Charles…l’approbation propre à donner une solidité nouvelle à la petite Société aux prises avec tant de difficultés.

    Une fois Règle et Constitutions munies du sceau de Léon XII, les fils d’Eugène pourront vivre plus sereinement leur vocation de « prêtres des pauvres » au sein d’une Église dans laquelle ils seront officiellement reconnus.

    Cf. La reconnaissance officielle de notre statut d’Associés aux Oblats qui vient renforcer sentiment d’appartenance et désir d’avancer avec eux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *