LES BÉNÉDICTIONS EXTRAORDINAIRES QUE DIEU A FAIT PLEUVOIR SUR LEURS EFFORTS MISSIONNAIRES

Eugène poursuit sa pétition au Pape en lui expliquant l’origine des Oblats. Le succès du ministère qu’ils accomplissaient vis-à-vis des gens abandonnés à Aix-en-Provence souleva l’intérêt des évêques dans les contrées environnantes. Afin de répondre à ces requêtes, il était nécessaire pour les Oblats d’assurer une unité d’esprit et d’action par le biais d’un énoncé de leur idéal, rassemblé sous forme de règles pour en assurer le succès. C’est cet ensemble de Constitutions et Règles qui était alors présenté au Pape pour être reconnu et approuvé par l’Église.

Les bénédictions extraordinaires que Dieu daigna répandre sur les efforts de leur zèle, firent naître le désir aux évêques circonvoisins de procurer à leurs ouailles les mêmes avantages. Ils firent des instances réitérées auprès de l’abbé de Mazenod pour le déterminer à évangéliser avec ses compagnons les peuples de leurs diocèses. L’abbé de Mazenod s’estima heureux de pouvoir seconder la sollicitude pastorale de ces vénérables prélats, charmé de pouvoir ainsi propager davantage la connaissance de Jésus-Christ et [assurer] le retour aux bons principes d’un plus grand nombre d’égarés; mais les missionnaires pensèrent avec raison que, devant désormais se répandre dans divers diocèses, il était indispensable de fixer des règles communes, qui fussent comme le lien de leur société naissante.

Demande d’approbation présentée au Pape Léon XII, 8 décembre 1825, EO XIII n. 48

Quel vaste champ à parcourir! Quelle noble et sainte entreprise! Les peuples croupissent dans la crasse ignorance de tout ce qui regarde leur salut; la suite de cette ignorance a été l’affaiblissement de la foi, la corruption des moeurs et tous les désordres qui en sont inséparables. Il est donc bien important, il est pressant de faire rentrer dans le bercail tant de brebis égarées, d’apprendre à ces chrétiens dégénérés ce que c’est que Jésus Christ, de les arracher à l’héritage du démon et leur montrer le chemin du ciel. Il faut mettre tout en oeuvre pour étendre l’empire du Sauveur, détruire celui de l’enfer.

Préface des CC&RR

 

« Quand tu centres ton action sur le fait d’être une bénédiction, Dieu fait en sorte que tu sois toujours béni en abondance. » Joel Osteen

Ce contenu a été publié dans ÉCRITS, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à LES BÉNÉDICTIONS EXTRAORDINAIRES QUE DIEU A FAIT PLEUVOIR SUR LEURS EFFORTS MISSIONNAIRES

  1. Denyse Mostert dit :

    1825 – Rome – demande d’approbation.

    À leur début, le zèle des Missionnaires de Provence se limite à la ville d’Aix. Mais bientôt leur renommée va « soulever l’intérêt des évêques environnants » et les invitations à prêcher des retraites en-dehors commencer.

    Fondateur et missionnaires, « heureux de pouvoir seconder la sollicitude pastorale de ces vénérables prélats (…) propager davantage la connaissance de Jésus-Christ et [assurer] le retour aux bons principes d’un plus grand nombre d’égarés », réalisent en même temps la nécessité d’une Règle qui va assurer leur unité alors qu’ils seront disséminés à travers le pays.

    Loin d’une invitation à la facilité la Préface des CC&RR ! En des termes plus que précis, elle décrit les « peuples qui croupissent dans la crasse ignorance de tout ce qui regarde leur salut » avec tout ce qui s’ensuit pour les « mœurs et tous les désordres qui en sont inséparables ».

    Oui, vraiment, les Missionnaires de Provence savaient à quoi ils s’engageaient en répondant à l’appel des Évêques de France. Et cette situation, ils l’ont vécue à maintes reprises bien avant la rédaction de la demande d’approbation de 1825… Le Souverain Pontife pourrait-il faire table rase d’une expérience si concluante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *