DE SAINTS PRÊTRES, VOILÀ NOTRE RICHESSE!

Après l’ordination de Hippolyte Guibert, Eugène écrivit à Jean Baptiste Honorat, qui n’avait pu être présent à la célébration familiale oblate.

Dieu sait avec quelle joie et quelle indicible consolation j’ai prononcé le scio et testificor. Vous avez été représentés à cette ordination, qu’on peut appeler de famille, car tous les prêtres qui formaient le presbytère et qui ont imposé les mains à l’élu étaient de la Société. Que Dieu bénisse notre famille!
Il me semble qu’en lui demandant de nous accorder des hommes comme celui qui vient d’être promu au sacerdoce, nous avons demandé tout ce qu’il nous faut. De saints prêtres, voilà notre richesse!

Lettre à Jean Baptiste Honorat, 18 août 1825, EO VI n 194

 

Un tailleur de pierre, avec ciseau et marteau, était en train de changer une pierre en une statue. Un prédicateur, qui le regardait faire, lui dit : « Je souhaiterais pouvoir appliquer de tels coups sur des cœurs de pierre. » L’ouvrier reprit; « Peut-être que vous le pourriez, si vous travailliez comme moi, sur vos genoux. » A.T. Pierson

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à DE SAINTS PRÊTRES, VOILÀ NOTRE RICHESSE!

  1. Denyse Mostert dit :

    14 août 1825. À Marseille, dispense ecclésiale en main, Hyppolite Guibert devient prêtre de Jésus Christ. Eugène de Mazenod jubile ! Il ne pouvait en être autrement pour ce père qui a soutenu son fils pendant tant de moments difficiles. !

    La distance n’a pas d’importance. De là où les retient leur mission, les Missionnaires de Provence sont en communion avec le Mystère qui se célèbre au loin. Raison de joie supplémentaire pour le Fondateur dont il fait part à Jean-Baptiste Honorat. «Vous avez été représentés à cette ordination, qu’on peut appeler de famille, car tous les prêtres qui formaient le presbytère et qui ont imposé les mains à l’élu étaient de la Société. » Et il continue. « De saints prêtres, voilà notre richesse ! »

    Il fallait s’y attendre ! La sainteté n’a-t-elle pas toujours été la grande préoccupation du Fondateur ? « Il concevait la communauté comme un lieu de sanctification; il a embrassé la vie religieuse comme un moyen efficace d’y parvenir et choisi la mission comme ministère dans lequel on se sanctifie et on sanctifie les gens. Il a saisi le lien intrinsèque qui existe entre la sainteté et la mission et il est revenu constamment sur ce point… Cette sainteté, il la désirait pour lui-même et pour tous ceux qu’il rejoignait par son ministère: il voulait les conduire à être, en premier lieu, raisonnables, puis chrétiens et enfin les aider à devenir saints. » (*)

    Sainteté bien concrète et équilibrée qui me séduit particulièrement. Car, bien qu’exigeante , elle me permet de vivre en fille de Dieu tout en demeurant fondamentalement moi-même.

    (*) http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=10&vol=1&let=S&ID=1128

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *