LE SOUCI PASTORAL CONTINUEL POUR LES PRISONNIERS

L’un des tout premiers ministères d’Eugène se portait sur les prisonniers d’Aix, et il voulait que cela continuât comme l’un des ministères des Oblats, comme il l’écrivait dans la Règle :

Art. 1. On ne perdra jamais de vue qu’une des fins principales de l’Institut est de venir au secours des âmes les plus abandonnées. À ce titre, les pauvres prisonniers ont des droits bien acquis à la charité de la Société.
Art. 2. On tâchera donc de pourvoir à leurs besoins, autant que le permettront les circonstances, en les visitant fréquemment et les instruisant de leurs devoirs religieux au moins le dimanche.
Art. 3. On s’appliquera surtout à les amener, par les plus douces insinuations, à s’approcher fréquemment du sacrement de la pénitence et à recevoir de temps en temps la sainte Eucharistie.

Règle 1825

Rey, le biographe d’Eugène, écrit :

La maison d’Aix avait vu s’étendre le théâtre de ses travaux. C’est dans les premiers mois de l’année 1821 que les Missionnaires de Provence furent chargés du soin des prisons. Jusqu’à cette époque ils en avaient été les aumôniers volontaires: ils en devinrent les aumôniers titulaires. Le P. Moreau fut le premier à remplir cet emploi:

«Je suis si heureux de m’occuper des malheureux prisonniers, écrivait-il au P. de Mazenod, que je porterai envie à celui qui me remplacerait et si vous vouliez me donner quelque nouvelle preuve de votre affection, vous n’auriez qu’à me confirmer dans cette fonction sublime. Je vais tous les jours à la prison.Aujourd’hui j’y ai passé trois heures et demie. Un très grand nombre sont disposés à faire ce que je veux pour leur salut. Je sais bien qu’il ne faut pas se laisser éblouir par ces belles apparences, mais il est bien permis de pleurer de joie en voyant la soumission de la plupart.»

Lettre de Noël François Moreau à Eugène de Mazenod, 3 août 1821 dans Rey 1

 

« Plus je pense à la souffrance humaine dans notre monde et mon désir de lui offrir une réponse de guérison, plus je réalise comment il est crucial de ne pas se permettre de devenir paralysé par des sentiments d’impuissance et de culpabilité. Plus important que tout est d’être très fidèle à ma vocation de bien faire les quelques choses que je suis appelé à faire et m’en tenir à la joie et la paix qu’elles m’apportent. Je dois résister à la tentation de laisser les forces des ténèbres me traîner dans le désespoir et faire de moi une autre de leurs nombreuses victimes. »    Henri J.M. Nouwen

This entry was posted in RÈGLE and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to LE SOUCI PASTORAL CONTINUEL POUR LES PRISONNIERS

  1. Denyse Mostert says:

    1814. « Avant d’abdiquer, Napoléon [concentre] dans le Midi les prisonniers de guerre… Deux milliers d’Autrichiens [arrivent] à Aix. » (*) Le typhus éclate. Lorsque l’aumônier de prison en est victime, l’Abbé de Mazenod demande et obtient la permission de le remplacer.

    Un remplacement qui ne sera pas un feu de paille puisqu’en 1821 les Missionnaires de Provence deviennent officiellement titulaires de l’œuvre des prisons. Difficile mais incontournable ministère ! « Une des fins principales de l’Institut est de venir au secours des âmes les plus abandonnées », stipulera la Règle de 1825.

    Aucunement question de condescendance à l’égard des prisonniers. C’est à « des droits bien acquis à la charité » que les Missionnaires ont à répondre. Humilité qui ne se comprend qu’à la lumière de l’Évangile et dont le but final est d’apprendre à faire connaître et aimer Jésus Christ à ces âmes désemparées.

    Le P. Noël François Moreau l’a bien compris quand il confie à Eugène : « Un très grand nombre sont disposés à faire ce que je veux pour leur salut. Je sais bien qu’il ne faut pas se laisser éblouir par ces belles apparences, mais il est bien permis de pleurer de joie en voyant la soumission de la plupart.» (**)

    Nous voici loin de ces bienfaiteurs imbus d’eux-mêmes qui tiennent à annoncer aux quatre horizons les bonnes œuvres dont ils se gargarisent !

    « L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil… » (Cor 13:4).

    L’humble et patient ministère dans les prisons d’Aix, ne rencontre-t-il pas les critères de l’amour véritable dont parle saint Paul aux Corinthiens ?

    Valeurs évangéliques et oblates à intégrer à notre vie !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *