TISSER TOUTES CHOSES ENSEMBLE POUR ASSURER CHEZ LES PARTICIPANTS UNE EXPÉRIENCE FORTE

Incapable de prêcher, Eugène continua à faire les « annonces ». Pour saisir ce que cela signifiait, il nous faut envisager le rôle joué par un « maître de cérémonies » ou le « pilote d’émission » de la télévision – c’était en effet la personne qui tenait ensemble toute la mission et lui donnait une unité de direction.

On veut bien se contenter du peu que je donne. Je m’en tiens aux avis qui, en conscience, ne peuvent être donnés que par moi. On est si attentif, le silence qu’on observe est si grand, que l’on m’entend de partout, quoique je parle à voix basse..

Lettre à Henri Tempier, le 14-15 novembre 1818, E.O. VI n.34

Plus loin,

Pour les avis, ils sont indispensables; ils font plus d’effet que tout le reste… J’espère donc que vous me laissez libre de les donner, d’autant plus que, vu la situation, cela paraît nécessaire. Hier au soir, je m’abstins de les donner, et cela a déplu. Vous sentez que je radoube un peu le reste. Cette manière insinuante a plu ici extraordinairement. Ne croyez pas que j’en tire vanité; je ne suis accessible qu’au chagrin de me voir incapable de faire davantage.

Lettre à Henri Tempier, décembre 1818, E.O. VI n.37

La souffrance d’Eugène, en raison de sa mauvaise santé, avait apporté beaucoup de bénédictions et d’énergie positive à toute l’équipe pour le succès de la mission.

[Voir ci-dessus les entrées concernant les 26-29 avril 2011, pour plus de détails sur les annonces]

 

« Être un conducteur est une sorte de profession hybride parce que, fondamentalement, c’est être à la fois un coach, un entraîneur, un éditeur et un directeur. »      Michael Tilson Thomas

This entry was posted in LETTRES and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to TISSER TOUTES CHOSES ENSEMBLE POUR ASSURER CHEZ LES PARTICIPANTS UNE EXPÉRIENCE FORTE

  1. Denyse Mostert says:

    Le P. Henri Tempier est catégorique. Eugène de Mazenod doit avant toute chose veiller à se refaire une santé. La chose ne pourrait tomber plus mal qu’en ces jours d’entrée dans la mission nouvelle de Barjols !

    On voit mal le Fondateur se laissant aller à une passivité morose. Une période de repos lui est prescrite…Qu’à cela ne tienne ! Il va, pour quelque temps, canaliser ses énergies vers les avis nécessaires au bon fonctionnement de la mission.

    Prudemment, il en informe Henri Tempier : « Pour les avis, ils sont indispensables; ils font plus d’effet que tout le reste… J’espère donc que vous me laissez libre de les donner, d’autant plus que, vu la situation, cela paraît nécessaire. » Ce dernier le sait : tout en ‘’rappelant aux gens le sens du périple qu’ils ont à parcourir ‘’, ces quelques paroles contribuent à créer un climat d’unité propice à une belle expérience spirituelle.

    Les habitants de Barjols sont conquis. « On est si attentif, le silence qu’on observe est si grand, que l’on m’entend de partout, quoique je parle à voix basse… » raconte Eugène en toute simplicité. Pour aussitôt ajouter : « Ne croyez pas que j’en tire vanité; je ne suis accessible qu’au chagrin de me voir incapable de faire davantage. »

    Toute une leçon, non pas de résignation mais d’adaptation à ces imprévus toujours si déplaisants.

    Saint Eugène ! Celui à qui nous pouvons demander de nous rappeler que les choses parfois imposées par les circonstances peuvent revêtir une grande valeur aux yeux de Dieu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *