LE MISSIONNAIRE EST TOUJOURS UN INSTRUMENT MENANT LES AUTRES À FAIRE L’EXPÉRIENCE DE DIEU

Venez à l’écart dans un lieu désert et reposez-vous un peu.    Mark 6:31

Les Apôtres étaient appelés à demeurer avec Jésus (Marc 3 :14), tout comme l’était la communauté des Missionnaires. Ils avaient la mission d’aider les autres à « être » de façon à « faire ». L’organisation des retraites était un moment privilégié pour faire cela :

… et au moins une fois par an on donnera une retraite spirituelle, qui servira de préparation pour quelques fêtes principales
Quand la chose sera praticable, on donnera également plusieurs retraites particulières, dans l’intérieur de la maison, aux personnes ecclésiastiques ou laïques qui viendront s’y renfermer pour vaquer avec plus de recueillement à la grande affaire de leur salut.

Règle de 1818, Chapitre 3 § 7. Exercices publics dans l’église

Cela se poursuit aujourd’hui dans plusieurs parties du monde oblat, puisque plusieurs d’entre nous sont engagés dans le ministère de l’animation des retraites et aussi parce que nous avons des communautés qui dirigent des maisons de retraite. Ce ministère d’aider les autres à « être » de façon à « faire » est l’une de nos plus anciennes recettes pour partager le trésor dont nous bénéficions quotidiennement en tant que religieux missionnaires :

Dans la prière silencieuse et prolongée de chaque jour, ils se laissent modeler par le Seigneur et trouvent en lui l’inspiration de leur conduite. Suivant leur tradition, ils consacrent une heure par jour à l’oraison et vivent ensemble une partie de ce temps en présence du Saint-Sacrement.

CC&RR, Constitution 33

 

Le ciel signifie ne faire qu’un avec Dieu.     Confucius

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LE MISSIONNAIRE EST TOUJOURS UN INSTRUMENT MENANT LES AUTRES À FAIRE L’EXPÉRIENCE DE DIEU

  1. Denyse Mostert dit :

    Avant d’être l’enseignant, il est évident que le missionnaire a d’abord été l’étudiant à l’école du Christ.

    « Venez à l’écart dans un lieu désert et reposez-vous un peu », disait Jésus.(Mc 6:31)

    Eugène de Mazenod insiste sur l’importance des retraites. « Quand la chose sera praticable, on donnera également plusieurs retraites particulières, dans l’intérieur de la maison aux personnes ecclésiastiques ou laïques qui viendront s’y renfermer…». De tels moments nous sont toujours offerts.

    À certaine période de mon existence, j’envisageais une retraite comme le temps béni où mes pensées n’auraient d’autre direction que le Seigneur, ce serait le no man’s land où le concret de ma vie quotidienne n’aurait pas son entrée. Découragée devant la colossale et impossible tâche de m’abstraire de mon ordinaire et surtout de de mes proches, j’ai vite déchanté.

    Là encore, un Oblat a trouvé les mots convenables pour faire de ce temps de réflexion le tremplin d’un retour chez moi réussi. Je l’entends encore me dire : « Garde bien les deux pieds, sur terre, Denyse… » Un prêtre dont le ministère a été de m’aider « à être de façon à faire. »

    « Venez à l’écart » disait Jésus. C’est à des disciples parfois harassés qu’il proposait de venir se reposer auprès de lui. C’est à travers le récit de leurs fatigues qu’il leur faisait réaliser combien, à son école, ils pouvaient devenir les instruments qui attirent.

    Et on ne peut douter que « dans la prière silencieuse et prolongée de chaque jour », naissaient une grande reconnaissance et un désir de plus en plus grand de faire connaître le Maître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *