NOTA BENE : UN MOMENT SENSATIONNEL

Eugène est emporté par ce qu’il y a de merveilleux dans notre vocation. Elle vient de Dieu et est une invitation à entrer dans le Royaume de Dieu, en nous donnant la charge de n’être rien de moins que les co-opérateurs du Sauveur !

Quelle fin plus sublime que celle de leur Institut?!
Leur instituteur, c’est Jésus-Christ, le Fils de Dieu lui-même;
leurs premiers pères, les Apôtres.
Ils sont appelés à être les coopérateurs du Sauveur, les corédempteurs du genre humain;

Même s’il est conscient du fait qu’ils ne sont que six prêtres et trois séminaristes scholastiques pour le moment, il ne peut contenir son enthousiasme – ils ont de grands rêves :

et quoique,
vu leur petit nombre actuel
et les besoins plus pressants des peuples qui les entourent,
ils doivent pour le moment borner leur zèle aux pauvres de nos campagnes et le reste, leur ambition doit embrasser, dans ses saints désirs,
l’immense étendue de la terre entière

Règle de 1818, Chapitre premier §3 Nota Bene.
Missions, 78 (1951) p. 15

Les rencontres quotidiennes d’Eugène avec le Sauveur dans la prière, et sa spiritualité qui prend racine dans la Bible, le remplissent de confiance et lui permettent d’avoir de grand rêves : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume. » Luc 12,32

On le décrivait avec un cœur aussi large que le monde, et il pouvait visualiser, plein de conviction, la graine de moutarde qui croissait à partir d’Aix en Provence – et qui aujourd’hui a atteint tous les pays du monde où les membres de la famille Mazenodienne sont présents.

« Le Royaume des cieux est comparable à un grain de moutarde qu’un homme prend et sème dans son champ. C’est bien la plus petite de toutes les semences; mais, quand elle a poussé, elle est la plus grande des plantes potagères: elle devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel viennent faire leurs nids dans ses branches. » Matthieu 13:31-32

 

Les miracles sont une redite en lettres minuscules d’une histoire tout à fait identique qui est écrite à travers le monde entier en lettres trop grandes pour qu’elles puissent être vues par certains d’entre nous.      C. S. Lewis

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à NOTA BENE : UN MOMENT SENSATIONNEL

  1. Denyse Mostert dit :

    Eugène sait pertinemment que « les coopérateurs du Sauveur, les corédempteurs du genre humain » ne verront pas du jour au lendemain le résultat de leur apostolat auprès des prêtres. Il sait que nul miracle retentissant ne viendra subitement guérir l’immense blessure qui défigure l’Église et qu’il faudra infiniment de foi et de courage aux Missionnaires de Provence pour venir à bout des obstacles qui se dressent devant eux.

    La Règle de 1818 le mentionne d’ailleurs : « Dans les commencements, les missionnaires, à cause de leur jeunesse, ne pourront entreprendre qu’indirectement la guérison de cette plaie profonde par leurs douces insinuations, leurs prières et leurs bons exemples… »

    La jeunesse, cela se guérit rapidement. Mais qui peut savoir combien de postulants rejoindront la petite communauté de 1818 ? Ils sont « six prêtres et trois séminaristes scholastiques » armés de leur seule foi devant l’immense chantier qui s’offre à eux ! Disproportion des plus évidentes propre à en décourager plus d’un.

    Dans la Règle , on retrouve une fois de plus la logique du Fondateur. «Vu leur petit nombre actuel et les besoins plus pressants des peuples qui les entourent, ils doivent pour le moment borner leur zèle aux pauvres de nos campagnes et le reste, leur ambition doit embrasser, dans ses saints désirs, l’immense étendue de la terre entière.» Et voilà, chaque chose en son temps.

    Mais le « cœur grand comme le monde » et la confiance invincible d’Eugène au Dieu de l’impossible sont contagieux.

    Le Maître de la Moisson a veillé et les ouvriers se sont multipliés. Des membres de notre grande famille mazenodienne sont aujourd’hui présents dans le monde entier. C’est aussi une Église blessée, un monde sans repères qui les invite, dans une même foi en Jésus Christ, à un effort commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *