TOUT POUR DIEU, A TRAVERS LA GENEROSITE MISSIONNAIRE

1822 a été une année bien occupée pour Eugène et les Missionnaires, avec seize semaines de prédication missionnaire intensive (à Signes – de début janvier à mi-février, à Lorgnes – du 17 février au 31 mars, et à Barcelonette – du 20 avril au 20 mai). Avant la troisième mission, Eugène est allé à Laus pour travailler à la formation de la communauté, et y est retourné après la mission pour continuer ce travail. Henri Tempier était préoccupé par sa santé et l’a obligé, par obéissance, à prendre plus grand soin de lui-même. Eugène obéit et peut alors écrire :

Je me porte bien, mais je le répète c’est un miracle que j’attribue à l’obéissance, car il est certain que lorsque je partis, je n’étais pas en état de me mettre en route… Je ne me lève qu’à 6 heures et je continuerai de m’accorder ce soulagement reconnu nécessaire pour réparer les pertes de sommeil des missions précédentes.

Lettre à Henri Tempier, 29 avril 1822, EO VI n 82

Malgré des répercussions importantes au niveau personnel, le dévouement et le difficile travail des Missionnaires a produit des résultats, ainsi qu’il l’écrit de Barcelonette :

Jamais on ne pourra rendre l’importance et l’effet de cette mission: elle est à mes yeux et à ceux de nos Messieurs la plus essentielle que nous ayons faite.
Nous ne pourrons l’achever que l’an prochain lorsque nous aurons annoncé que nous la ferons à la vallée tout entière; si l’Évêque de Digne goûte cette idée le bien sera incalculable. 

Lettre à Henri Tempier, 20 mai 1822, EO VI n 84

 

« Une Eglise qui n’évangélise pas devient fossile. »     Oswald J. Smith

This entry was posted in LETTRES and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to TOUT POUR DIEU, A TRAVERS LA GENEROSITE MISSIONNAIRE

  1. Denyse Mostert says:

    1822, du début janvier au 20 mai, trois missions au programme des Missionnaires de Provence, soit seize semaines de prédication intensive.

    À travers elles, Eugène de Mazenod trouve le temps de se rendre à Laus où il voit à la formation de la nouvelle communauté. Il y retourne de nouveau dès la clôture de la troisième mission… Activité épuisante ! Qui préoccupe avec raison Henri Tempier.

    Le P. Tempier, c’est l’indéfectible ami qui partage les projets et sait adoucir les peines du Fondateur. Fort du vœu d’obéissance réciproque qu’ont prononcé les deux religieux, le 11 avril 1816, il recommande expressément à son supérieur de prendre davantage soin de sa santé.

    Quoi qu’il puisse lui en coûter, Eugène obtempère. Le résultat ne se fait pas attendre. « Je me porte bien, écrit-il, mais je le répète c’est un miracle que j’attribue à l’obéissance… Je ne me lève qu’à 6 heures et je continuerai de m’accorder ce soulagement reconnu nécessaire pour réparer les pertes de sommeil des missions précédentes. »

    Voici qui donne une idée de l’exigence des missions paroissiales et comme il est bon, pour Eugène de Mazenod et les Missionnaires qui ont payé de leur personne d’en reconnaître « importance et effet » !

    D’ailleurs nous le savons tous, plus la tâche a été dure, plus le résultat heureux a de prix. Et plus il faut de prudente logique pour ne pas outrepasser des forces qui autrement pourraient diminuer considérablement notre apport à l’oeuvre qui nous tient à cœur.

Leave a Reply to Denyse Mostert Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *