PUISSE-T-IL ÊTRE CONNU ET AIMÉ PAR TOUS LES HOMMES QU’IL A RACHETÉS

Mgr. de Mazenod continue, dans son journal, ses réflexions sur l’expérience de l’adoration eucharistique avec son peuple. C’est une expérience qui nous invite à une réflexion sur nos responsabilités à soutenir la foi de ceux dont nous avons la charge – spécialement les parents, les éducateurs et les prêtres. C’est un long texte, mais il vaut la peine d’être lu et médité.

… À St-Joseph, je suis entré dans l’église avec le saint viatique misérablement accompagné comme de coutume, je me suis placé derrière le saint sacrement après m’être prosterné pour le laisser passer. Que je serais heureux si, par tous ces actes extérieurs de mon adoration, je pouvais apprendre à mon peuple comment il doit rendre hommage à Jésus-Christ dans son sacrement d’amour. Je voudrais me faire plus petit encore et m’anéantir en sa divine présence pour relever la gloire qui lui est due et le faire honorer comme il faut. C’est le vœu le plus constant de mon cœur, et je ne laisse jamais échapper aucune occasion pour inculquer ces principes, soit par mes paroles, soit par mes actions.

Mais ce n’est pas seulement une question des actes extérieurs, mais plutôt du partage avec autrui de ce que Dieu produit dans nos cœurs et dans nos vies:

Mais je voudrais publier dans tout l’univers quelles sont les consolations intérieures que j’éprouve toutes les fois que je m’acquitte de ce devoir. C’est au point que lorsqu’en ma présence, pour se conformer aux règles que j’ai prescrites sous l’épiscopat de mon oncle, on se prosterne à deux genoux en passant devant notre Sauveur, j’éprouve un sentiment indicible de joie et de satisfaction qui m’excite à la tendresse quelquefois jusqu’à verser des larmes. Il me semble que je l’adore par tous ceux qui passent devant lui. Je suis heureux de lui voir rendre ces hommages, j’accompagne par un mouvement intime de mon âme cet acte extérieur qui exalte la grandeur et la puissance de mon Dieu, je dis intérieurement: oui, il en est digne, cet honneur lui est dû; prosterne-toi davantage encore, je l’adore avec toi et par toi, puisse-t-il être connu et adoré par tous les hommes qu’il a rachetés, lui qui est Dieu comme son Père qui n’avait pas besoin de nous, et qui s’est sacrifié pour nous.

Journal d’Eugène de Mazenod,  le 10 février 1839, EO XX

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à PUISSE-T-IL ÊTRE CONNU ET AIMÉ PAR TOUS LES HOMMES QU’IL A RACHETÉS

  1. Denyse Mostert dit :

    « PUISSE-T-IL ÊTRE CONNU ET AIMÉ PAR TOUS LES HOMMES QU’IL A RACHETÉS »…

    Ainsi priait Eugène. Il ne pouvait sortir une telle prière que d’un futur saint. Quoique… le futur canonisé a encore « bien des croûtes à manger » car son épiscopat sera loin d’être tranquille.
    Relevons certains passages du Journal d’Eugène de Mazenod, le 10 février 1839 et voyons combien sa prière est universelle dans laquelle nous retrouvons « ceux dont nous avons la charge – spécialement les parents, les éducateurs et les prêtres. » (Frank Santucci)
    Eugène note : « À St-Joseph, je suis entré dans l’église avec le saint viatique misérablement accompagné comme de coutume… ». Ce « misérablement » sonne mal à mon esprit moderne, il évoque trop cette époque où le peuple de Dieu avait tant de misère à se débarrasser d’une culpabilité entretenue par certains.
    Eugène de Mazenod ouvre le Chemin a la Miséricorde. «Que je serais heureux, écrit-il, si, par tous ces actes extérieurs de mon adoration, je pouvais apprendre à mon peuple comment il doit rendre hommage à Jésus-Christ dans son sacrement d’amour.» Sa réflexion conduit vers la Joie « pour relever la gloire (due à Dieu) et le faire honorer comme il faut. »
    Rien d’effrayant dans ces paroles mais plutôt l’heureuse réalité des chrétiens qui mettent tout en œuvre pour vivre de la vie même du Christ. Encore faut-il le faire « en esprit et en vérité » !

Répondre à Denyse Mostert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *